Archives par mot-clé : Belgique

Concurrence, risque ou complémentarité ? Sécurité publique et sécurité privée en Belgique.

Ce texte a été rédigé en 2018 comme support à une communication pour une journée d’étude coorganisée par le GEPS de l’UCLouvain dont le titre était « Faut-il avoir peur de la sécurité privée en Belgique ? »1. Dormant depuis dans un dossier de mon ordinateur, je le mets ici à disposition, avec ses qualités et ses défauts. Mon intention n’était pas d’y dresser une histoire complète et exhaustive de ce concept – chose qui a été magistralement faite par Pieter Leloup dans le cadre de sa thèse de doctorat2 – mais de proposer quelques balises et éléments critiques de réflexion sur un sujet toujours actuel. Le texte n’a subi que de brèves mises à jour depuis 2018. Continuer la lecture de Concurrence, risque ou complémentarité ? Sécurité publique et sécurité privée en Belgique.

  1. Programme disponible sur https://www.linkedin.com/pulse/colloque-faut-il-avoir-peur-de-la-s%C3%A9curit%C3%A9-priv%C3%A9e-vincent-francis/?originalSubdomain=fr. []
  2. Pieter Leloup, The development of the private security industry in Belgium (1907-1990). A historical-criminological perspective on contemporary changes in security and crime control, thèse de doctorat en criminologie, VUB, 2019. Lire également, pour une perspective internationale, David Churchill, Dolores Janieswski, Pieter Leloup (dir.), Private Security and the Modern State Historical and Comparative Perspectives, Londres, Routledge, 2020. Plus ancien, se reporter encore à Lode Van Outrive, « Une réglementation belge du secteur de gardiennage et de sécurité: question de (dé)légitmation », in Déviance et société, vol. 12, n. 4, 1988, pp. 401-408. []

Virus et Polices (II): réflexions après 40 jours de confinement

Dans la gestion de l’épidémie de COVID-19 causée par le CORONAVIRUS, on reparle beaucoup du rôle de la police. Puisque j’ai la chance d’être un « transnational » (Belge travaillant depuis peu au Québec, s’acculturant petit à petit aux enjeux policiers locaux, ayant fait un passage professionnel en France, tout en ayant notamment étudié l’histoire des polices en France, en Belgique et aux Pays-Bas), je me propose de revenir dans ce billet sur quelques points qui m’ont marqué à ce propos ces derniers jours. Je continue par-là à empiler les pistes pour comprendre les « objets » policiers et sécuritaires sous le regard de l’historien, dans une perspective de temps présent. Ce billet est donc à considérer comme une « pièce de travail », dans la continuité de mes premières remarques faites après quelques jours de confinement. Continuer la lecture de Virus et Polices (II): réflexions après 40 jours de confinement

Un homme, une fonction, une institution ? Quelques réflexions sur l’apport d’archives privées en matière d’histoire des sécurités

Il y a quelques mois, un ancien fonctionnaire, rencontré dans le cadre associatif relatif à l’étude de la police belge, m’a contacté pour me dire qu’il déménageait. Dans ce cadre, il me laissait le choix de pouvoir récupérer des cartons d’archives privées (et j’insiste évidemment sur ce point) et de documentation qu’il avait accumulé au cours de sa vie et de sa carrière (menée notamment à la région bruxelloise, au ministère de l’Intérieur, au sein du Secrétariat permanent à la politique de prévention), au-lieu de les mettre au rebut. L’opération a pu être menée dans le cadre du centre de documentation du Centre d’histoire du droit et de la justice de l’UCLouvain. C’est un ensemble de plus 50 cartons « en vrac » qui a été récolté. Continuer la lecture de Un homme, une fonction, une institution ? Quelques réflexions sur l’apport d’archives privées en matière d’histoire des sécurités

Niveau « 2+ » ? Menaces et présence militaire dans les rues

En Belgique, l’OCAM (Organe de coordination pour l’analyse de la menace, instance composée d’experts et indépendante du pouvoir politique) a le 22 janvier dernier, décidé d’abaisser le niveau de le menace terroriste du niveau 3 au niveau 2 (sauf pour certains points précis du territoire, encore jugés sensibles). Sur une échelle qui en compte quatre, le niveau 2 stipule que le niveau de la menace dans le pays est « moyen », la menace étant jugée « peu vraisemblable ». L’annonce n’a pas été une surprise, puisqu’elle avait été anticipée par les services du ministre de la Sécurité et de l’Intérieur quelques jours auparavant. Par contre, ce qui a pu surprendre, c’est la rapidité de la prise de décision. Continuer la lecture de Niveau « 2+ » ? Menaces et présence militaire dans les rues

Organiser, innover, agir…

L’actualité récente (2 soirées « d’émeutes » à Bruxelles en novembre 2017) remet à l’avant-plan des propositions de réformes de l’appareil policier bruxellois. Entre fusion des zones de polices, idée d’une « police régionale », proposition de réformes internes, instauration d’un état-major régional, les débats font rage – renforcés par des enjeux économiques, mais aussi communautaires (nous sommes en Belgique!).

Réformes des polices: Etat d’exception ou état de permanence?

Dans l’actualité récente, il ne s’agit là que d’un épisode supplémentaire d’une séquence où se discutent de (nécessaires, indispensables, selon les points de vue) réformes au sein de l’organisation sécuritaire du pays : les attentats de mars 2016 représente sans conteste un momentum de cette dynamique, tout comme la publication en 2015 d’un travail réflexif et prospectif mené à l’initiative de la police proposant une vision  de celle-ci à l’horizon 2025.  Enfin, l’impact de la 6e réforme de l’Etat et les compétences toujours plus importantes des régions sur des questions juridiques, combiné au rôle renouvelé des communes dans la gestion de certaines formes d’incivilités (les SAC) pose d’une manière forte la question de l’adaptation de la police…

La question de la réforme des polices est liée à des événements exceptionnels (que l’on se souvienne du contexte menant à l’accord Octopus de réformes des polices en Belgique entre 1998 et 2001), à des transformations profondes de la société. Mais elle est aussi beaucoup plus diffuse, quotidienne, limitée. De visible et revendiquée, elle est maintenant discrète, parfois cachée.

L’historien ne peut qu’interroger ses moments dans leurs complexités. Comment comprendre la transformation policière? Comment l’expliquer? Quels en sont les acteurs et les promoteurs? Est-il possible de l’évaluer? Autant de questions centrales pour comprendre les politiques de sécurité en cours dans une société donnée…

Une publication qui interroge et historicise les réformes

Si vous êtes intéressés par ces réflexions, par des études de cas entre le 18e et le 21e siècle, je ne peux que vous conseiller de lire Organiser, innover, agir. Réformer et adapter les polices en Belgique (18e-21e siècles), publié il y a quelques semaines aux PUL. J’ai en effet eu la chance et le plaisir de coordonner les réflexions d’un dizaine d’auteurs.trices (historiens, criminologues, sociologues) autour de ces questions!

 

 

 

Démocratie, situations « exceptionnelles » et militarisation de l’espace public

Depuis le début 2017, le CARHOP (Centre d’animation et de recherche en histoire ouvrière et populaire) édite la revue Dynamiques. Histoire sociale en revue. Son second numéro, qui vient de paraître, est consacré à la problématique des liens entre mouvements sociaux et espace public, interrogeant notamment les enjeux de son occupation (il)légitime et les questions sécuritaires qui en découlent. C’est à lire ici.

Continuer la lecture de Démocratie, situations « exceptionnelles » et militarisation de l’espace public