Un homme, une fonction, une institution ? Quelques réflexions sur l’apport d’archives privées en matière d’histoire des sécurités

Il y a quelques mois, un ancien fonctionnaire, rencontré dans le cadre associatif relatif à l’étude de la police belge, m’a contacté pour me dire qu’il déménageait. Dans ce cadre, il me laissait le choix de pouvoir récupérer des cartons d’archives privées (et j’insiste évidemment sur ce point) et de documentation qu’il avait accumulé au cours de sa vie et de sa carrière (menée notamment à la région bruxelloise, au ministère de l’Intérieur, au sein du Secrétariat permanent à la politique de prévention), au-lieu de les mettre au rebut. L’opération a pu être menée dans le cadre du centre de documentation du Centre d’histoire du droit et de la justice de l’UCLouvain. C’est un ensemble de plus 50 cartons « en vrac » qui a été récolté. Continuer la lecture de Un homme, une fonction, une institution ? Quelques réflexions sur l’apport d’archives privées en matière d’histoire des sécurités

Musée de la police, musée pour la police, musée du crime ?

Au Musée d’histoire de la ville de Gand (le STAM), se tient actuellement une exposition intitulée « Het Museum van de misdaad » (le musée du crime). Elle repose sur la mise en valeur des pièces conservées par la police judiciaire fédérale de l’arrondissement judiciaire correspondant. Cette collection est issue de l’ancienne police judiciaire, fondée en 1919 et disparue lors de la réforme des polices de 1998-2001, qui avait constitué au niveau local, un « musée » à destination de ses agents. Continuer la lecture de Musée de la police, musée pour la police, musée du crime ?

La Police des temps noirs – Conférence de Jean-Marc Berlière

“La Police des Temps Noirs. Pourquoi et comment écrire un dictionnaire des polices françaises sous l’Occupation”, Conférence de Jean-Marc Berlière (CESDIP/U. Bourgogne), 24 janvier 2019 – 15 à 17h30 à l’UCLouvain (Salle du Conseil ISP, Collège Mercier, Place Cardinal Mercier 14, 1348 LLN).

Informations: jonas.campion@univ-lille.fr

22, v’là les clics ! La police et ses images

Ce vendredi 19 octobre, s’est tenue à l’Université de Gand, la quatrième rencontre du groupe MENEPOLHIS. C’est un réseau scientifique regroupant l’Irhis (U. Lille), le CHDJ (UCLouvain) et le Vakgroep geschiedenis (U. Gand) qui place au cœur de ses rencontres les enjeux de méthodologiques relatifs à l’histoire de la police. Après la question des sources orales, des statistiques policières, de l’étude des espaces policiers, ce sont les images des polices qui ont occupé nos réflexions. Continuer la lecture de 22, v’là les clics ! La police et ses images

« La fièvre monte » : un malaise policier ?

En Belgique, depuis le début de la semaine, il y a une « épidémie » de certificats médicaux au sein de certaines unités de la police/zone de police locale. Plusieurs centaines de policiers, au sein d’unités de la police fédérale, et au sein de zones locales de police se sont ainsi déclarés comme « malades » et incapables de remplir leurs missions. Continuer la lecture de « La fièvre monte » : un malaise policier ?

Séminaire études sur la guerre et la sécurité – 1er semestre #EGS

Le programme du séminaire #EGS (U. Lille) pour ce premier semestre est sorti. Tout beau chaud, on y parlera de jeux d’échelle, de transferts et de contacts puisque son intitulé est “Circulations, transferts, hybridations et échanges en matière de sécurité et de défense”.

Avis aux amateurs et RDV à l’Irhis, U. Lille!

Continuer la lecture de Séminaire études sur la guerre et la sécurité – 1er semestre #EGS

Une “affaire” de police? Quelques commentaires d’un historien sur un “scandale”

Au-delà de ses enjeux politiques, juridiques et démocratiques, l’affaire “Benalla” constitue pour le chercheur sur les “choses policières” un cas d’école exemplaire permettant d’illustrer certains concepts primordiaux à la compréhension et à l’analyse de ces réalités, concernant la France ou d’autres pays. Continuer la lecture de Une “affaire” de police? Quelques commentaires d’un historien sur un “scandale”

Le “capital” de la sécurité publique

Je l’avais annoncé il y a presqu’un an. Je travaille actuellement sur une histoire budgétaire de la sécurité publique. Dit autrement, et (trop) simplement, je m’intéresse à qui finance, et à quelle hauteur, mais aussi ce qu’on finance dans les pratiques et politiques de la sécurité1. Continuer la lecture de Le “capital” de la sécurité publique

  1. Avec, soulignons-le, un soutien du fonds Peemans de l’Académie Royale de Belgique, que je remercie. []

« Cinquante nuances de gris », mais aussi de bleu , de noir et de kaki…

Se contenter de « mettre plus de bleu dans les rues » comme solution miracle aux problèmes de sécurité propose, nous en avons parlé déjà ici, une vision simpliste des enjeux de l’exercice des politiques de sécurité publique. Cette formule mérite également d’être discutée selon un autre point de vue : celui des acteurs qu’elle implique. En Europe, il est un phénomène contemporain marquant. C’est la multiplication des intervenants dans le champ de la sécurité publique. On ne retrouve pas seulement « cinquante nuances de bleu » (policiers, gendarmes, policiers municipaux), mais aussi des nuances de gris, de noir et de kaki ou de mauve. Il s’agit là de références notamment et selon les pays, à des agents de sécurité privée, aux militaires mobilisés en soutien des forces de police ou à divers fonctionnaires locaux, agents communaux ou adjoints de sécurité impliqués dans les régulations que ce soit en termes de prévention ou de répression … Continuer la lecture de « Cinquante nuances de gris », mais aussi de bleu , de noir et de kaki…

“Plus de bleu dans les rues = plus de sécurité”. Les limites d’une équation réductrice

“Il faut plus de bleus dans les rues”. Le slogan, percutant est récurent dans le débat politique, médiatique et public contemporain. Il relate une volonté d’augmenter la présence policière dans les rues, comme réponse à la hausse des crimes et délits enregistrés et comme solution à la hausse du sentiment d’insécurité, vécue par la population en certains endroits. Continuer la lecture de “Plus de bleu dans les rues = plus de sécurité”. Les limites d’une équation réductrice

Niveau “2+” ? Menaces et présence militaire dans les rues

En Belgique, l’OCAM (Organe de coordination pour l’analyse de la menace, instance composée d’experts et indépendante du pouvoir politique) a le 22 janvier dernier, décidé d’abaisser le niveau de le menace terroriste du niveau 3 au niveau 2 (sauf pour certains points précis du territoire, encore jugés sensibles). Sur une échelle qui en compte quatre, le niveau 2 stipule que le niveau de la menace dans le pays est « moyen », la menace étant jugée « peu vraisemblable ». L’annonce n’a pas été une surprise, puisqu’elle avait été anticipée par les services du ministre de la Sécurité et de l’Intérieur quelques jours auparavant. Par contre, ce qui a pu surprendre, c’est la rapidité de la prise de décision. Continuer la lecture de Niveau “2+” ? Menaces et présence militaire dans les rues

#Continuum sécurité – défense. Séminaire EGS, U. Lille (2018)

le mercredi, 17 h – 19 h, Salle de séminaire de l’IRHiS (Bâtiment A – salle A1.152), sauf indication contraire, Université Lille-SHS, Pont de Bois, Villeneuve d’Ascq

 Séminaire de recherche 2017-2018, Master Études sur la Guerre et la Sécurité sur le thème Guerre, paix et sécurité dans le monde du Moyen Âge à nos jours


17 janvier 2018
Jonas Campion (IRHiS), Cohabitations sécuritaires et régulations transfrontalières : Nord de la France – Belgique (1907-2015)

24 janvier 2018 [1]
Manuel Reyes Garcia Hurtado (La Corogne), L’armée et l’ordre public pendant l’Ancien régime espagnol

31 janvier 2018
Beatrice de Graaf (Utrecht), Securing Europe. Fighting its Enemies, 1815-1914

7 février 2018
Marius Loris (Paris I) Continuum sécurité-défense et relations d’autorité au sein de l’armée française durant la guerre d’Algérie

21 mars 2018
Hervé Drévillon (Paris I – SHD), La garde nationale en France, XVIIIe-XXIe siècle

4 avril 2018
Caroline Kennedy-Pipe (Loughborough), Le continuum sécurité-défense en Grande-Bretagne XXe-XXIe siècles

11 avril 2018
Caroline Kennedy-Pipe (Loughborough), Le continuum sécurité-défense à l’aune du conflit nord-irlandais

Organiser, innover, agir…

L’actualité récente (2 soirées “d’émeutes” à Bruxelles en novembre 2017) remet à l’avant-plan des propositions de réformes de l’appareil policier bruxellois. Entre fusion des zones de polices, idée d’une “police régionale”, proposition de réformes internes, instauration d’un état-major régional, les débats font rage – renforcés par des enjeux économiques, mais aussi communautaires (nous sommes en Belgique!).

Réformes des polices: Etat d’exception ou état de permanence?

Dans l’actualité récente, il ne s’agit là que d’un épisode supplémentaire d’une séquence où se discutent de (nécessaires, indispensables, selon les points de vue) réformes au sein de l’organisation sécuritaire du pays : les attentats de mars 2016 représente sans conteste un momentum de cette dynamique, tout comme la publication en 2015 d’un travail réflexif et prospectif mené à l’initiative de la police proposant une vision  de celle-ci à l’horizon 2025.  Enfin, l’impact de la 6e réforme de l’Etat et les compétences toujours plus importantes des régions sur des questions juridiques, combiné au rôle renouvelé des communes dans la gestion de certaines formes d’incivilités (les SAC) pose d’une manière forte la question de l’adaptation de la police…

La question de la réforme des polices est liée à des événements exceptionnels (que l’on se souvienne du contexte menant à l’accord Octopus de réformes des polices en Belgique entre 1998 et 2001), à des transformations profondes de la société. Mais elle est aussi beaucoup plus diffuse, quotidienne, limitée. De visible et revendiquée, elle est maintenant discrète, parfois cachée.

L’historien ne peut qu’interroger ses moments dans leurs complexités. Comment comprendre la transformation policière? Comment l’expliquer? Quels en sont les acteurs et les promoteurs? Est-il possible de l’évaluer? Autant de questions centrales pour comprendre les politiques de sécurité en cours dans une société donnée…

Une publication qui interroge et historicise les réformes

Si vous êtes intéressés par ces réflexions, par des études de cas entre le 18e et le 21e siècle, je ne peux que vous conseiller de lire Organiser, innover, agir. Réformer et adapter les polices en Belgique (18e-21e siècles), publié il y a quelques semaines aux PUL. J’ai en effet eu la chance et le plaisir de coordonner les réflexions d’un dizaine d’auteurs.trices (historiens, criminologues, sociologues) autour de ces questions!

 

 

 

Programme séminaire Etudes sur la guerre et la sécurité – ULille

Le continuum Sécurité-Défense mis en perspective

L’actualité récente oblige à s’interroger sur l’articulation entre la sécurité et la défense. Depuis la réflexion pionnière de Guibert (De la force publique considérée dans tous ses rapports, 1790), une distinction entre la sécurité intérieure du territoire national confiée à la police et la défense extérieure confiée à l’armée s’est imposée comme un fondement politique de l’Etat-nation et des sociétés libérales occidentales, pendant deux siècles. Cette distinction conditionne des régimes juridiques distincts, des modes d’organisation et d’emploi différents, des terrains particuliers et des matériels spécifiques.

Depuis la fin du XXe siècle, le nouveau contexte sécuritaire et conflictuel est venu brouiller les repères fondés sur cette distinction entre le « dedans » et le « dehors ». La mondialisation libérale des flux et la dématérialisation des activités via les NTIC affaiblissent la notion même d’Etat et ignorent les frontières. Au sein même des Etats, les enjeux sécuritaires s’hybrident entre missions exercées par les institutions publiques, et le processus de privatisation de missions régaliennes, tant dans les champs militaires que policiers. Les champs d’intervention respectifs des polices et des armées s’hybrident et de multiples questions se posent sur le nouveau continuum entre sécurité et défense.

La menace terroriste est particulièrement emblématique de cette hybridation des champs militaire et sécuritaire. Elle frappe en effet autant le territoire national que les intérêts nationaux à l’étranger. Elle cible les civils tout autant que les policiers ou les militaires. Ses  modes de justification, d’organisation et de financement se situent à la croisée de la criminalité organisée et des réseaux clandestins de lutte armée. Les actions terroristes sont, pour partie seulement, impulsées de l’étranger mais regroupent ressortissants nationaux et étrangers. Tout en inscrivant leur action dans une perspective transnationale, les organisations terroristes s’appuient dans certains cas sur des territoires qu’elles contrôlent ou reçoivent le soutien d’Etats complices.

Disposant de systèmes sécuritaires et de défense pluriels, les Etats font donc face à des menaces hybrides qui brouillent en partie les frontières juridiques, organisationnelles, techniques et opératives entre les forces de sécurité intérieure et les armées. La question de la hiérarchie des normes, de l’interopérabilité et de la territorialisation des modes d’action policiers et militaires est devenue aujourd’hui un enjeu politique et sécuritaire majeur.

L’historicisation du continuum sécurité-défense sur le temps long, proposée dans ce séminaire, permettra de s’interroger à la fois sur la création, la formalisation et la remise en cause de cette distinction entre sécurité et défense, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Le séminaire croisera les réflexions des chercheurs en sciences sociales et les témoignages des praticiens, pour le terrain français mais aussi dans une perspective européenne. Les solutions fonctionnelles mises en œuvre dans des espaces et des temporalités variés permettront de confronter les débats actuels au riche répertoire des expériences passées. Sans prétendre à l’exhaustivité, on interrogera les racines et les mutations du continuum sécurité-défense autour de quelques enjeux transversaux et structurants : hiérarchie des normes, cadre administratif, système de légitimité socio-politique, régime juridique, impact du milieu physique et du cadre technologique. On mettra également l’accent sur les modalités humaines et organisationnelles du continuum sécurité-défense passé et présent

  • 20 septembre 2017 – Présentation générale. Jean de Préneuf, Dominique Guillemin (SHD). Introduction au Wargame : La guerre des Malouines
  • 4 octobre 2017 – Gérald Dubuisson (Direction centrale de la Police aux frontières, Lille). La coopération sécuritaire transfrontalière au sein de la zone de défense et de sécurité Nord
  • 11 octobre 2017 (8h-18h), salles 1 -2 -3 de l’IRHiS (bât. A, niveau forum -1). Wargame “Malouines” (réservé aux étudiants EGS). En présence de Dominique Guillemin (SHD) et Francis Marlière
  • 18 octobre 2017 (14h-18h), salle de séminaire de l’IRHiS (bât. A, niveau forum -1). Demi-journée d’étude : Sources de l’histoire de la défense et de la sécurité. En présence de représentants du SHD, de l’ECPAD et des ADN
  • 25 octobre 2017. Intervenant du CFT (à confirmer). La communication opérationnelle: l’exemple des exercices en Estonie
  • 8 novembre 2017. Bertrand Warusfel (Université Paris 8). Sur le continuum sécurité -défense. Le point de vue d’un juriste
  • 15 novembre 2017, salle de réunion de l’IRHiS (A1.162, bât. A, niveau forum -1). Sébastien Jakubowicz (CLERSÉ-UMR 8019). Sur le continuum sécurité – défense. Le point de vue d’un sociologue
  • 22 novembre 2017. Camille Évrard (Institut de recherche stratégique de l’École militaire). Le continuum sécurité défense dans les pays d’Afrique sahélienne depuis les indépendances
  • 29 novembre 2017. Hervé Drévillon (Université Paris 1, SHD). La Garde nationale d’hier à aujourd’hui (XVIIIe-XXIe siècle)
  • 6 décembre 2017 (16h), Amphi B7 (Bât. B, niveau forum -1). Laurent Bonnefoy (Sciences Po, Paris). La guerre au Yemen
  •  7-8 décembre 2017, salle de réunion de l’IRHiS (A1.162, bât. A, niveau forum -1). Lille en guerre : les mémoires de la Grande Guerre. En partenariat avec l’Université catholique de Louvain (réservé aux étudiants EGS)
  • 13 décembre 2017, Journée d’étude : Le syndrome PTSD. Une perspective historique et psychologique. Coord. : Marie Derrien et Nathalie Lionet -Przygodzki (Université Lille -SHS)

Pour une histoire des politiques de sécurité en Europe au XXe siècle