Archives de catégorie : sources & méthodes

Concurrence, risque ou complémentarité ? Sécurité publique et sécurité privée en Belgique.

Ce texte a été rédigé en 2018 comme support à une communication pour une journée d’étude coorganisée par le GEPS de l’UCLouvain dont le titre était « Faut-il avoir peur de la sécurité privée en Belgique ? »1. Dormant depuis dans un dossier de mon ordinateur, je le mets ici à disposition, avec ses qualités et ses défauts. Mon intention n’était pas d’y dresser une histoire complète et exhaustive de ce concept – chose qui a été magistralement faite par Pieter Leloup dans le cadre de sa thèse de doctorat2 – mais de proposer quelques balises et éléments critiques de réflexion sur un sujet toujours actuel. Le texte n’a subi que de brèves mises à jour depuis 2018. Continuer la lecture de Concurrence, risque ou complémentarité ? Sécurité publique et sécurité privée en Belgique.

  1. Programme disponible sur https://www.linkedin.com/pulse/colloque-faut-il-avoir-peur-de-la-s%C3%A9curit%C3%A9-priv%C3%A9e-vincent-francis/?originalSubdomain=fr. []
  2. Pieter Leloup, The development of the private security industry in Belgium (1907-1990). A historical-criminological perspective on contemporary changes in security and crime control, thèse de doctorat en criminologie, VUB, 2019. Lire également, pour une perspective internationale, David Churchill, Dolores Janieswski, Pieter Leloup (dir.), Private Security and the Modern State Historical and Comparative Perspectives, Londres, Routledge, 2020. Plus ancien, se reporter encore à Lode Van Outrive, « Une réglementation belge du secteur de gardiennage et de sécurité: question de (dé)légitmation », in Déviance et société, vol. 12, n. 4, 1988, pp. 401-408. []

Virus et Polices (II): réflexions après 40 jours de confinement

Dans la gestion de l’épidémie de COVID-19 causée par le CORONAVIRUS, on reparle beaucoup du rôle de la police. Puisque j’ai la chance d’être un « transnational » (Belge travaillant depuis peu au Québec, s’acculturant petit à petit aux enjeux policiers locaux, ayant fait un passage professionnel en France, tout en ayant notamment étudié l’histoire des polices en France, en Belgique et aux Pays-Bas), je me propose de revenir dans ce billet sur quelques points qui m’ont marqué à ce propos ces derniers jours. Je continue par-là à empiler les pistes pour comprendre les « objets » policiers et sécuritaires sous le regard de l’historien, dans une perspective de temps présent. Ce billet est donc à considérer comme une « pièce de travail », dans la continuité de mes premières remarques faites après quelques jours de confinement. Continuer la lecture de Virus et Polices (II): réflexions après 40 jours de confinement

Virus et polices

La crise actuelle relative au COVID-19 et les dernières mesures prises en Italie, Espagne, France et Belgique relatives à des dynamiques de confinement de plus en plus strict de la population en vue du maintien d’une « distanciation sociale » font des forces de l’ordre un des piliers de la réponse publique à la crise.

Continuer la lecture de Virus et polices

Des polices en bandes organisées ?

Dans la continuité de notre billet précédent (et ce, même s’il commence à dater), nous continuons à présenter des sources sur lesquelles j’ai travaillé ces derniers mois, pour comprendre les logiques et les structurations policières, dans l’Europe du Nord-Ouest, dans le second vingtième siècle. L’idée sous-jacente à la recherche menée est toujours de mettre en lumière à la fois l’investissement et la vision policière dans la construction du concept de sécurité publique. Plus particulièrement, je m’intéresse à cette question à une échelle transnationale, pour tenter de comprendre les lieux et les modalités de contact ou d’échange entre policiers. « L’internationale policière » est déjà très connue dans certains de ses aspects : la CIPC (Commission internationale de police criminelle), Interpol ou Europol sont des noms qui sonnent aux oreilles de tous, entre le « mythe » ou l’actualité1. Continuer la lecture de Des polices en bandes organisées ?

  1. Sur le sujet, lire les travaux de Mathieu Deflem, Didier Bigo, Malcolm Anderon, notamment []

Un homme, une fonction, une institution ? Quelques réflexions sur l’apport d’archives privées en matière d’histoire des sécurités

Il y a quelques mois, un ancien fonctionnaire, rencontré dans le cadre associatif relatif à l’étude de la police belge, m’a contacté pour me dire qu’il déménageait. Dans ce cadre, il me laissait le choix de pouvoir récupérer des cartons d’archives privées (et j’insiste évidemment sur ce point) et de documentation qu’il avait accumulé au cours de sa vie et de sa carrière (menée notamment à la région bruxelloise, au ministère de l’Intérieur, au sein du Secrétariat permanent à la politique de prévention), au-lieu de les mettre au rebut. L’opération a pu être menée dans le cadre du centre de documentation du Centre d’histoire du droit et de la justice de l’UCLouvain. C’est un ensemble de plus 50 cartons « en vrac » qui a été récolté. Continuer la lecture de Un homme, une fonction, une institution ? Quelques réflexions sur l’apport d’archives privées en matière d’histoire des sécurités

Musée de la police, musée pour la police, musée du crime ?

Au Musée d’histoire de la ville de Gand (le STAM), se tient actuellement une exposition intitulée « Het Museum van de misdaad » (le musée du crime). Elle repose sur la mise en valeur des pièces conservées par la police judiciaire fédérale de l’arrondissement judiciaire correspondant. Cette collection est issue de l’ancienne police judiciaire, fondée en 1919 et disparue lors de la réforme des polices de 1998-2001, qui avait constitué au niveau local, un « musée » à destination de ses agents. Continuer la lecture de Musée de la police, musée pour la police, musée du crime ?

22, v’là les clics ! La police et ses images

Ce vendredi 19 octobre, s’est tenue à l’Université de Gand, la quatrième rencontre du groupe MENEPOLHIS. C’est un réseau scientifique regroupant l’Irhis (U. Lille), le CHDJ (UCLouvain) et le Vakgroep geschiedenis (U. Gand) qui place au cœur de ses rencontres les enjeux de méthodologiques relatifs à l’histoire de la police. Après la question des sources orales, des statistiques policières, de l’étude des espaces policiers, ce sont les images des polices qui ont occupé nos réflexions. Continuer la lecture de 22, v’là les clics ! La police et ses images

« La fièvre monte » : un malaise policier ?

En Belgique, depuis le début de la semaine, il y a une « épidémie » de certificats médicaux au sein de certaines unités de la police/zone de police locale. Plusieurs centaines de policiers, au sein d’unités de la police fédérale, et au sein de zones locales de police se sont ainsi déclarés comme « malades » et incapables de remplir leurs missions. Continuer la lecture de « La fièvre monte » : un malaise policier ?

Une « affaire » de police? Quelques commentaires d’un historien sur un « scandale »

Au-delà de ses enjeux politiques, juridiques et démocratiques, l’affaire « Benalla » constitue pour le chercheur sur les « choses policières » un cas d’école exemplaire permettant d’illustrer certains concepts primordiaux à la compréhension et à l’analyse de ces réalités, concernant la France ou d’autres pays. Continuer la lecture de Une « affaire » de police? Quelques commentaires d’un historien sur un « scandale »

Le « capital » de la sécurité publique

Je l’avais annoncé il y a presqu’un an. Je travaille actuellement sur une histoire budgétaire de la sécurité publique. Dit autrement, et (trop) simplement, je m’intéresse à qui finance, et à quelle hauteur, mais aussi ce qu’on finance dans les pratiques et politiques de la sécurité1. Continuer la lecture de Le « capital » de la sécurité publique

  1. Avec, soulignons-le, un soutien du fonds Peemans de l’Académie Royale de Belgique, que je remercie. []

« Cinquante nuances de gris », mais aussi de bleu , de noir et de kaki…

Se contenter de « mettre plus de bleu dans les rues » comme solution miracle aux problèmes de sécurité propose, nous en avons parlé déjà ici, une vision simpliste des enjeux de l’exercice des politiques de sécurité publique. Cette formule mérite également d’être discutée selon un autre point de vue : celui des acteurs qu’elle implique. En Europe, il est un phénomène contemporain marquant. C’est la multiplication des intervenants dans le champ de la sécurité publique. On ne retrouve pas seulement « cinquante nuances de bleu » (policiers, gendarmes, policiers municipaux), mais aussi des nuances de gris, de noir et de kaki ou de mauve. Il s’agit là de références notamment et selon les pays, à des agents de sécurité privée, aux militaires mobilisés en soutien des forces de police ou à divers fonctionnaires locaux, agents communaux ou adjoints de sécurité impliqués dans les régulations que ce soit en termes de prévention ou de répression … Continuer la lecture de « Cinquante nuances de gris », mais aussi de bleu , de noir et de kaki…

#MENEPOLHIS Day 3 – Géographie(s) policière(s)

La « dernière » rencontre (du premier cycle… puisqu’on a décidé, finalement de prolonger la formule l’année prochaine) du réseau MENEPOLHIS, consacrée aux enjeux méthodologiques de l’histoire des polices s’est tenue à l’UGent, le 22 mai dernier. Au programme, des discussions portant sur la question de l’espace policier/des espaces à policer. Comme à mon habitude, ce billet reprendra quelques points qui m’ont marqué dans les échanges tenus ce jour-là. Continuer la lecture de #MENEPOLHIS Day 3 – Géographie(s) policière(s)

#MENEPOLHIS – Day 2: Chiffres & polices – un « autre regard »

Le réseau MENEPOLHIS (Methodological Network on police history) est issu d’un appel à coopération entre l’UGent (BE), l’UCL (BE) et l’U. Lille SHS- Lille 3 (Fr).  Porté par le CHDJ, l’Irhis et le Vakgroep Sociale geschiedenis na 1750, il a pour but de faire se rencontrer des chercheurs en histoire, actifs dans l’étude des polices, de la sécurité ou de l’ordre depuis l’Ancien régime, pour réfléchir aux enjeux méthodologiques de ces études…. A son actif, la volonté de faire se rencontrer étudiants et chercheurs confirmés! C’est pourquoi, comme pour la première journée, je laisse la parole à Hubert Descamps (UCL) et Thibaut Pebayle (Lille 3), étudiants en master pour synthétiser leur vision des travaux tenus à LLN le 27 avril dernier, autour des chiffres des polices. Continuer la lecture de #MENEPOLHIS – Day 2: Chiffres & polices – un « autre regard »

Objets sécuritaires peu identifiés : polices, histoire et statistiques

Les polices, en tant qu’institutions d’ordre, produisent et travaillent à partir de données chiffrées. Ces séries statistiques sont diverses : données relatives aux personnels, statistiques d’activité, taux d’élucidation, relevés d’arrestations, mais aussi chiffres budgétaires font partie du quotidien des polices, accompagnant les diverses facettes de leur activité et de leur logique de fonctionnement institutionnel. Continuer la lecture de Objets sécuritaires peu identifiés : polices, histoire et statistiques