#Menepolhis, Day 1 – Histoire orale des polices

Le réseau MENEPOLHIS (Methodological Network on police history) est issu d’un appel à coopération entre l’UGent (BE), l’UCL (BE) et l’U. Lille SHS- Lille 3 (Fr).  Porté par le CHDJ, l’Irhis et le Vakgroep Sociale geschiedenis na 1750, il a pour but de faire se rencontrer des chercheurs en histoire, actifs dans l’étude des polices, de la sécurité ou de l’ordre depuis l’Ancien régime, pour réfléchir aux enjeux méthodologiques de ces études…. A son actif, la volonté de faire se rencontrer étudiants et chercheurs confirmés!

Ce billet propose un double regard sur la 1ère journée du réseau. Celui d’un étudiant de l’UCL et celui d’un duo de Lille 3. Elle s’est tenue à Lille, le 24 novembre 2016 et était consacrée à l’usage (difficultés et atours) de l’histoire orale pour une histoire de la police/des policiers… Pour les curieux, le programme est ici.

Source: https://mubi.com/films/kansas-city-confidential
Source: https://mubi.com/films/kansas-city-confidential

Le regard belge… Première rencontre MENEPOLHIS

Le 24 novembre 2016, s’est tenu à Lille le premier atelier du réseau Methological Network of Police History, ou plus simplement Menepolhis. Ce dernier est né à l’appel de trois université : l’UGent, l’université Lille III et l’UCL. Il a pour vocation de pérenniser les relations déjà existantes entre les trois universités autour des thématiques de l’histoire de la police, de la justice et de la guerre. Cette première rencontre a été consacrée à l’histoire orale et à ses usages.

– Une étude de cas : histoire de la sécurité de la frontière franco-belge

Jonas Campion est entré dans le vif du sujet en présentant son sujet d’étude actuel : « Cohabitation sécuritaire et régulation transfrontalière Nord de la France-Belgique. 1907-2015 ». L’objectif est d’interroger la construction et l’exercice des politiques de sécurité dans cette zone particulière qu’est la frontière franco-belge. Cette dernière est particulièrement peu marquée mais voit pourtant cohabiter deux façons d’exercer les fonctions de police et de sécurité. Le centre de coopération douanière basé à Tournai est le fruit de cette tension franco-belge tout comme les accords de Tournai I (en 2001) et de Tournai II (2013).

La temporalité envisagée est le temps long et ce jusqu’à 2015 voir plus loin au vu de l’actualité récente. En effet, les attentats de Paris en 2015 ont tragiquement montré la pertinence de la recherche et l’importance d’historiciser cette problématique.

La démarche orale est incontournable pour un tel objet d’étude et la constitution du corpus est déterminante. S’il y a des contraintes de temps, la volonté est d’innover et l’objectif est de ne pas se limiter aux agents de police mais à l’ensemble des acteurs de la sécurité. Les entretiens, de type semi-directif, sont structurés autour de trois axes . D’abord identifier les acteurs avec leur ancrage (ou non ancrage) dans la région. Cela pose la question de la mobilité des agents avec la confrontation des différentes logiques nationales à ce sujet. Ensuite percevoir les différentes visions de la sécurité qui peuvent se dégager. Finalement définir la spécificité de la sécurité en zone de frontalière. Ce sujet d’étude est tout à fait particulier car les entretiens ne relèvent pas d’une « histoire mémoire » mais d’une histoire directe.

La démarche d’histoire orale n’est pas exempte de difficultés dans ce cas précis. En premier lieu, le personnage du policier peut poser problème. Il aime « se vendre » et sait recevoir. Il est aussi rompu aux interrogatoires. Il n’est pas forcement disponible et se fait parfois remplacer par des collègues. Cela rend plus difficile la réalisation de l’interview. Le contexte sécuritaire actuel plane aussi sur l’ensemble des entretiens. Chaque entretien doit aussi être remis dans son contexte national où tout ne s’équivaut pas entre les deux pays. La question du rapport de l’historien avec le futur se pose alors de manière accrue.

Au-delà de ces difficultés l’histoire orale offre plusieurs opportunités. Jonas Campion a pu percevoir les liens informels qu’entretiennent les différents agents de la sécurité entre eux. Ensuite, les entretiens avec d’anciens agents de police permettent de découvrir des archives qui auraient été perdues autrement. Finalement, la rencontre d’un témoin permet de découvrir les réseaux au sein de la police. Ainsi, un témoin introduit une personne qui elle-même en présente une autre et ainsi de suite.

– Jean-Marc Berlière : Du témoignage et de son utilisation par les historiens du contemporain : apports, limites, dangers

En premier lieu, Jean-Marc Berlière est revenu sur l’histoire orale en France, un phénomène tardif par rapport au monde anglo-saxon. Il souligne les trois intérêts à constituer un corpus. D’abord les archives orales peuvent être l’œuvre d’archivistes « purs ». Il n’y a pas de manipulation des archives et celles-ci sont laissées en testament pour les historiens du futur. L’historien doit donc se poser la question de ce qu’il va faire de ses enregistrements. Ensuite plus classiquement, un corpus de témoignages oraux peut être constitué pour un projet de thèse. Finalement l’histoire orale permet de rendre la parole à des gens qui ne l’ont pas. Cela valorise des métiers, des carrières de gens qui sont un peu effacés ou peu présents dans la recherche historique.

Jean-Marc Berlière replace ensuite l’intérêt de l’histoire orale de la police dans le contexte global de son étude. Celle-ci est notablement absente du champ de la recherche historique. Les responsabilités sont partagées. Il y a d’abord une responsabilité scientifique. L’institution policière a longtemps été méprisé par les historiens, influencés par l’état d’esprit marxisant du champ disciplinaire. La police étant perçue pas les chercheurs comme un appareil de répression, elle n’est pas une profession assez « noble » pour être étudiée. D’autre part, la police a sa part de responsabilité. Elle cultive un certain secret et suit l’adage de Fouché : «  la force de la police tient à ce qu’on ignore ses faiblesses ». Il y a une volonté de dissimuler ses méthodes pour des raisons d’efficacités et pour le peu de légalité de certaines d’entre-elles.

L’accès aux archives traitant de la police est aussi problématique. Le législateur est peu en enclin à donner accès aux archives policières car celui-ci peut amener des abus d’ordre moraux et éthiques. Les accès aux archives peuvent donc varier au grès des différentes lois. La question de la période de la seconde guerre mondiale est particulièrement problématique à ce sujet.

Face à toutes ces difficultés les archives orales sont utiles. Cela est contre-intuitif pour un historien car sa discipline s’est construite contre le témoignage qui est fondamentalement suspect. Néanmoins cela permet de pallier au manque d’archives ou du moins à la difficulté d’y accéder.

Le témoignage est donc une source secondaire, provoquée, une source subjective, invérifiable. Pour palier à ces limites, il faut avoir une connaissance approfondie des archives, «  il faut en savoir plus que les témoins ». Le témoin peut « balader » son interrogateur si on n’y prend pas garde. Un certain rapport de force doit se constituer avec le témoin. Jean-Marc Berlière affirme même «il faut partir du principe qu’ils mentent tous ».

L’archive orale permet, au-delà d’étudier les faits, la reconstitution de ceux-ci, la constitution des mémoires. Les témoins reconstruisent les faits en lisant, en interrogeant des collègues, leur hiérarchie.

La première campagne de collecte de témoignages oraux de policiers en France date de 1991. Elle est annoncée dans la presse corporatiste. Les interviews ont été menées par des policiers. Cela a permis de libérer les paroles mais la méthode historique a manqué. Les connivences entre policiers donnent un côté ésotérique aux entretiens. Ce n’est donc pas une franche réussite.

Une nouvelle campagne a eu lieu en 2001. L’enquête était menée cette fois-ci par des chercheurs. Le corpus est recomposé. Ce sont des entretiens semi-directifs mais très ouverts en fonction des qualités des interviewés. Au final, il y a eu 93 entretiens. Il y a un équilibre dans les différents profils que ce soit d’un point de vue géographique, temporel, des corps de police ou des grades.

La question de la conservation des témoignages s’est aussi posée. Après quelques pérégrinations, les entretiens sont désormais à la Bibliothèque Nationale de France. Alors que pour la première récolte des transcriptions, réalisées en 2001, des fiches chrono-thématiques ont été réalisées.

Les entretiens se sont montrés décevants sur les évènements en eux-mêmes. Cependant ils sont riches en informations sur l’ambiance d’un service, les mentalités, les « combines » mises en place, etc. L’intérêt réside dans les choses que le témoin considère comme marginales. En conclusion, les témoignages « donnent des réponses à des questions qu’on ne pose pas ».

– Atelier pratiques

L’après-midi a été consacrée à des exercices pratiques. Divisés en deux groupes, les participants ont analysé des extraits audio ainsi que des retranscriptions d’entretiens. Un échange final a permis de dégager plusieurs éléments. D’abord, la démonstration a été faite que mener un entretien est un art et qu’il n’est pas toujours aisé de ne pas se limiter à ses questions préparées. Laisser une plus grande liberté aux intervenants rend leur propos plus riches. L’essentiel étant toujours d’avoir accumulé assez de connaissances préalablement à l’entretien

Ensuite la question du « off » s’est posée. Que faire quand le témoin souhaite que la conversation ne soit plus enregistrée ? Le carnet et la prise de notes manuscrites s’impose alors. Se pose également la question de l’anonymisation des intervenants, à une époque où internet permet de faire des recoupements facilement. Il faut éviter de tomber dans un comportement extrême qui consisterait à gommer toutes informations personnelles au risque de ne plus pouvoir contextualiser le témoignage. Des informations comme l’âge ou le grade doivent être absolument fournies.

Finalement, une réflexion globale a été menée sur la construction des mémoires des personnages interrogées. Plus que jamais, il est important de souligner que les témoignages sont des constructions à postériori. Les émotions, qui modifient la mémoire, sont un premier élément à analyser et doivent être un élément d’analyse en tant que tel. Les témoins ne se souviennent également jamais de la même façon des évènements. Les discours mémoriels ainsi que le travail des historiens influencent les propos des intervenants.

En conclusion, il est ressorti de cette journée à Lille que l’histoire orale est un outil primordial pour l’historien de la police. Si elle doit être utilisée avec précaution, elle n’en reste pas moins un outil intéressant pour approfondir une thématique. L’essentiel ne réside pas tant dans la matérialité des faits rapportés que dans la reconstitution (pour employer un terme policier) de ceux-ci par les individus et l’institution.

Hubert Deschamps, MA en histoire, UCLouvain

Un double regard lillois: Compte rendu conférence projet MENEPOLHIS

Le jeudi 24 novembre a eu lieu à l’université Lille 3 une conférence du projet Menepolhis, « méthodological network of History of police », en collaboration avec l’université de Gand et de Louvain.

Il s’ agit d’un projet sur l’Histoire de la police, à des fins de recherche et de formation. Le projet menepolhis a permis d’organiser trois conférences qui vont nous réunir sur 3 universités, dont celle du 24 novembre, à Lille, qui traite de l’ Histoire orale. Les prochaines conférences auront lieu à Gand et à Louvain et auront pour sujet la territorialisation de la police et l’usage des données statistiques relatives à la police.

Quelques points forts sont à retenir des échanges tenus durant la journée :

Jean-Marc Berlière, historien de la police, a fait remarquer que les policiers sont des instruments du pouvoir et que la police se construit en parallèle avec la construction de l’état. Ainsi, la police, par le contrôle sociétal qu’elle exerce, est le miroir de la société. Il a ensuite concédé que l’histoire de la police est encore très lacunaire, malgré de grandes avancées dans ce domaine boudé par les historiens jusque dans les années 80.

Jonas Campion, a présenté ses recherches sur l’histoire orale du centre de coopération policière et douanière (CCPD) de Tournai. Au vu du caractère contemporain du sujet, il mobilise l’histoire orale. Se pose alors le problème de la construction du corpus.

Ses entretiens se sont structurés autour de trois points principaux : l’identification de l’acteur et son lien avec la région du Nord, sa vision de la sécurité- à titre personnel et institutionnel- et les spécificités de la sécurité en zone frontière en lien avec les accords de Tournai, accords qui régissent la coopération franco-belge en matière policière et douanière.

Plusieurs problématiques se sont soulevées : le contexte sécuritaire qui peut influencer l’interview et les réactions des policiers, la perspective des élections qui inquiètent les acteurs ainsi que la question de la position de l’historien face au futur, car tous les témoins parlent de l’avenir.

– Jean Marc Berlière à poursuivi la conférence en parlant de l’Histoire orale par rapport à son expérience « policière ». Quelques points à retenir… L’Histoire orale en France est un phénomène tardif par rapport aux anglo-saxons. La problématique qui se pose est de savoir comment conserver les témoignages oraux. Car en élaborant des documents oraux, on donne la parole à des gens qui sont effacés et peu présents de la recherche historique. En ce qui concerne la police, elle n’aime pas trop que l’on travaille sur des sujets qui la concernent car cela permettrait de découvrir ses méthodes de travail. Or, des méthodes connues perdent de leur intérêt stratégique car comme le dit Fouché, « la force de la police tient à ce qu’on ignore ses faiblesses ». Ceci pose donc le problème de la consultation des archives policières. Les archives orales ont longtemps été délaissée par l’ Histoire. Cette discipline est considérée comme une science, il y a donc un prima de l’archive écrite. En effet, le témoignage a des défauts : il peut être falsifié, mensongé, comporter des oublis volontaires et involontaires.

Les archives orales montrent la reconstitution des faits par la mémoire d’une personne et non pas le fait lui-même. Malgré ses déficences, l’histoire orale permet d’avoir des informations absentes des archives comme l’ambiance d’un service, les mentalités, les combines du métier.

Après une matinée consacrée à la théorie et à la présentations des recherches, l’après midi a vu une mise en pratique par l’exploitation d’un corpus d’interview. Deux groupes comportant à la fois des historiens expérimentés et novices ont été formés pour travailler sur les documents.

Le premier groupe a travaillé sur des enregistrements audios, et le second sur des transcriptions d’interviews. Les résultats ont ensuite été mis en commun. Il en ressort que l’Histoire orale est très délicate à réaliser. Il faut savoir mener un entretien, laisser à son interlocuteur une certaine liberté de parole, le mettre en confiance, ne pas hésiter à le relancer. A l’inverse, il ne faut pas poser de questions fermées, ni de questions qui induisent la réponse. L’Histoire orale pose également la question de savoir si on interview une personne ou une fonction.

En conclusion, l’Histoire orale permet de compléter les archives écrites sur certains points, mais elle est à prendre avec beaucoup de recul. La mémoire ne garde pas de souvenirs précis, d’où la nécessité de recueillir différents témoignages pour les contrebalancer, et d’utiliser l’archive écrite pour confirmer des dires. L’historien doit avoir le réflexe constant de croiser ses sources afin d’établir la vérité.

Thibault Pebayle et Anthony Vandamme, Master EGS, U.Lille 3.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *