Un homme est mort

La question des violences et du racisme systémique ou individuel des polices est revenue sur l’avant-scène mondiale ces derniers jours. Cela fait  suite à la mort de Georges Floyd le 25 mai dernier à Minneapolis  et aux mobilisations qui en découlent. Les mobilisations s’intègrent également dans l’accumulation de tensions liées aux suites du confinement/déconfinement.

À l’émotion internationale du drame de Minneapolis marquée par la multiplication des marches et manifestations, se superposent  des expériences et des tensions nationales spécifiques. Le temps court de l’événement mondialisé doit ainsi se comprendre au regard de la moyenne durée et de l’accumulation de faits, de tensions, de discours, de mobilisations, des critiques et d’incompréhension autour de la police, au gré de spécificités localisées.

Banksy, 2020
La police, objet « politique » mondialisé?

Une question centrale est celle de la similarité des situations, entre USA et d’autres pays. Comme plusieurs auteurs l’ont signalé1, il ne faut pas chercher à plaquer et à transposer la réalité nord-américaine en Europe ou ailleurs dans le monde, sans amener nuances et mises en contexte . C’est-là un préalable indispensable à la démarche.

« La » police américaine n’est pas « la » police française ou belge, ou « la » police de tout autre pays  : dans chaque société, il faut  rendre compte de la réalité des assemblages policiers, notamment en matière de logiques de (non) centralisation des polices. La logique policière est, aux États-Unis, majoritairement locale, basée sur des municipalités, des comtés dans les zones rurales et les États. Le niveau fédéral est en matière d’ordre public inexistant, tant en termes institutionnels (expliquant en partie le possible recours à l’armée ou à la garde nationale) qu’en matière politique, expliquant les débats autour de l’évocation possible de l’Insurrection Act de 18072. La police américaine est donc plurielle dans ses composantes (il y a près de 18 000 corps dans le pays), ses logiques, ses situations locales. Cela, l’observateur européen ne doit pas l’oublier quand il cherche à la comprendre, à la décrire, à la commenter. Cette organisation policière débouche sur un rapport particulier aux populations et aux autorités locales, d’autant plus qu’il y a certains postes qui sont électifs (les shérifs, notamment). Au-delà des prises de positions personnelles et collectives de policiers donnant lieu à des images fortes et symboliques de genoux à terre, leur participation à des marches –  images largement relayées par les médias et sur les réseaux sociaux – , on comprend ainsi mieux un second niveau du discours tenus par ces policiers. Lorsque des responsables déclarent que ce qui s’est passé n’est pas leur police, c’est à la fois une dénonciation du racisme et de la violence des policiers de Minneapolis, mais c’est aussi un rappel implicite de ces différences institutionnelles  et de ces particularités locales qui existent dans le pays.

Un autre marqueur majeur de la différence entre les USA et l’Europe tient évidemment au rapport à la violence et aux armes. Ce rapport induit une relation particulière au « risque », à la « sécurité » des agents et à la probabilité de l’usage de la force. Le cadre législatif est également largement plus favorable aux policiers aux USA en matière d’usage des armes. L’équipement des polices  est un autre point à garder à l’esprit. Le programme 1033 existe depuis 1997 aux USA3, favorisant le transfert massif de surplus de l’armée aux forces de police. La lutte contre la drogue constitue une autre cause de sur-équipement. Armes, véhicules blindés, hélicoptères, uniformes de l’armée sont utilisés par les polices américaines. Ce phénomène participe à une militarisation de la police, au sens littéral du terme. Même si sa définition exacte reste débattue par les scientifiques, on peut ici la considérer comme un transfert de logiques militaires vers des corps policiers civils. Aux USA, le phénomène est renforcé par le parcours de nombreux policiers, qui sont d’anciens soldats ayant servi sur des théâtres de guerre. L’hybridation entre police et armée augmente4. Ce qu’il faut retenir tient à ce qui en découle : comment est-il possible d’envisager une logique de désescalade face à des manifestants, de modération dans ce contexte d’occupation de l’espace public ? Comme le montrent les images, ces matériels – que nous avions jusqu’à présent plus l’occasion de voir en Irak, en Syrie ou en Afghanistan – contribuent à instaurer un rapport de force, une logique de domination au cœur des manifestations. Il faut avoir conscience de l’impact psychologique du déploiement massif de ces matériels sur les citoyens et les manifestants. En Europe, si les matériels et tenues des policiers dans le maintien de l’ordre sont de plus en plus critiqués (notamment la déshumanisation des tenues « Robocop », l’usage des drones, les armes non-létales incitant à un usage accru de celles-ci)5 , on est encore loin de la situation américaine… 

Des policiers rendent hommage à G. Floyd en Floride, juin 2020 – crédit : EVA MARIE UZCATEGUI AFP
Du racisme et de la violence

Au-delà ces enjeux comparatifs, deux questions traversent les mobilisations actuelles tant en Europe qu’en Amérique du Nord : d’une part, ce qui touche le racisme et les discriminations systémiques au sein des polices envers des catégories de citoyens et d’autre part, la confrontation des termes de l’usage de la force par les policiers, entre légalité et légitimité. À cet égard, on soulignera combien il est problématique au regard de ces deux valeurs, que la confiance soit rompue entre les institutions d’ordre et des franges importantes de la population. Dit autrement, au-delà des faits problématiques et de leur ampleur, le fait même  que ces sentiments et ces perceptions soient exprimés est une réalité que ni les policiers, ni les institutions, ni les responsables politiques ne peuvent négliger dans la gestion de la chose publique.

Sur ces deux questions, les polices sont aujourd’hui en large partie le fruit de l’histoire. La sédimentation des expériences et confrontations passées, notamment dans la gestion (post)coloniale ou (post)ségrégationniste continue de marquer les corps de police, au-delà des glissements générationnels des personnels, ou des réformes de leur « ADN » qui ont pu voir le jour. En réalité, au sein des polices, l’expérience collective constitue un critère identitaire marquant, tout comme le poids des cadres intermédiaires. Ceux-ci prennent une place plus importante dans la nature de la police que les théories sur ou les politiques de la police. Même lorsqu’elles veulent bouleverser les conceptions établies, celles-ci butent  souvent sur de trop nombreux obstacles dans leur mise en oeuvre (manque de budgets, manque d’adhésion ou de compréhension des personnels, formation non adaptée, résistance des cadres intermédiaires…). L’histoire des polices est (malheureusement) pleine de projets de réformes et de conceptions nouvelles avortées ou non-appliquées6.

Il faut surtout comprendre que ces deux questions sont constitutives de la police. Depuis que la police s’est développée dans sa conception contemporaine (depuis les milieux du 17e siècle, pour faire court), à la fois comme institution d’ordre et institution de souveraineté, elle s’est très largement construite par l’opposition. Garante de l’ordre, de la sécurité, des institutions, elle s’est souvent perçue comme the thin blue line, dernier rempart de l’ordre, évitant le chaos. Selon la perception sociale, politique mais également institutionnelle des « risques » et de « menaces » à l’ordre, la police a toujours ciblé des groupes particuliers, qu’ils s’agissent de tziganes, d’ouvriers, d’étrangers, de jeunes… – ceux-ci étant alors particulièrement surveillés et soumis à des traitements particuliers, des pratiques discrétionnaires. Au gré des périodes et des contextes, le profilage a pu être social, culturel, géographique, sociologique, religieux ou raciste et fondé sur des stéréotypes et des pratiques qui circulent, qui sont repris d’une situation  et d’un groupe à l’autre.

Libération, 2 juin 2020, à propos des pratiques policières dans un commissariat parisien

L’usage de la force par la police est également un objet historique de première importance. La situation actuelle rappelle qu’une des questions centrales du recours à la contrainte est, pour l’historien social, son acceptation et sa légitimité. Au-delà de la loi qui dote les policiers d’un tel pouvoir, des règlements qui précisent les gestes qui peuvent être posés et dans quelles circonstances, du débat technique pour savoir si le geste posé a été effectué comme il le fallait, il n’est pas possible de faire l’impasse sur la légitimité sociale et politique de la contrainte. Or, celle-ci évolue avec les temps, selon les circonstances, selon les endroits, et plus largement, selon le contexte sociopolitique. Ce qui est « accepté » ou « toléré » évolue et c’est tant mieux. On peut encore complexifier la question en rappelant que parfois, il existe également une zone grise, où des policiers utilisent la force, la contrainte, exercent des « violences » qui sont tolérées, en dehors d’un strict cadre légal. Ces inflexions sont particulièrement importantes à considérer : au-delà d’une tendance longue à la pacification des sociétés, quand et pourquoi observe-t-on une évolution dans le rapport à la contrainte des policiers? Dit autrement, quel est le processus de construction de « violences policières », illégitimes? Quels en sont les acteurs? Ensuite, quelles sont les conséquences réglementaires, matérielles mais aussi dans les pratiques, de ces dénonciations?

Un exemple très simple démontre l’intérêt de la question : durant mes recherches sur les gendarmeries durant la guerre, j’ai ainsi pu observer des moments de basculement dans le contexte de l’épuration menée à partir de l’automne 1944. Des comportements qui, avant-guerre, étaient « tolérés » et « normaux » (des gifles données lors d’arrestations ou durant des interrogatoires) ne le sont plus dans le contexte épuratoire. Maintenant dotées d’une charge idéologique, elles ne sont plus légitimes à la fin de l’Occupation : la population, les militants communistes les dénoncent, tout comme la hiérarchie des gendarmeries. De leur côté, les gendarmes incriminés reconnaissent très naïvement les coups portés, qu’ils considèrent comme  dans l’ordre des choses, « de rigueur », ne prenant que tardivement conscience du basculement survenu dans les perceptions face à cette manière de procéder.

Stratégie et acteurs du débat

Le dernier point à relever tient aux termes et stratégies de la controverse. Le cœur du débat tient au caractère systémique ou non d’un racisme ou d’une violence au sein des polices. Les autorités politiques tendent, de manière générale, à réfuter le caractère institutionnel des comportements déviants au sein des corps. Elles reconnaissent (parfois du bout des lèvres, comme en France) leur caractère individuel. C’est un procédé d’argumentation destiné à éviter toute remise en cause institutionnelle. Désigner une minorité de moutons noirs permet ainsi de légitimer une majorité. L’argument n’a rien d’inédit dans l’histoire des remises en cause des polices. C’est un « classique » de la gestion de crise – à nouveau mutadis mutandis (et j’insiste là-dessus), la situation des gendarmeries nord-européennes à la sortie de la Seconde guerre montre le même type de construction. Dans les discours officiels et hiérarchiques, les fautes ont été commises par certains hommes seulement qui ont depuis été punis. Par conséquent, les corps n’en sont que plus aptes et légitimes à exercer leurs missions.

On le comprend, les stratégies sont multiples et évolutives entre négations ou refus de nommer le racisme ou les violences policières, la reconnaissance de cas individuels et celle de problèmes systémiques, que l’histoire sociale, politique et policière permet pourtant d’éclairer. Entre les corps policiers, leurs hiérarchies, les dirigeants politiques et les citoyens, la crise actuelle met également à l’avant-plan deux acteurs incontournables de l’histoire de la sécurité. Il s’agit d’abord des organes de contrôle (tant internes ou externes) de l’action policière: inspections, commissions, mouvements associatifs… Méconnus, producteurs de documentation, souvent critiqués, le chercheur se doit de les faire sortir de l’ombre.

Il s’agit ensuite des syndicats ou associations professionnelles de policiers, qui interviennent pour défendre les intérêts des agents. Aux USA, l’association des chefs de la police s’est par exemple distancée de Joe Biden, suite à certaines de ses déclarations récentes. Les exemples de ces prises de position sont nombreux.

De statuts administratifs variables, leur discours et argumentaires sont à analyser en profondeur, ainsi que leur positionnement politique et leur place au sein des appareils d’ordre, ou les interactions entretenues avec les autres intervenants en leur sein. Certains diront que leur pouvoir est à souligner. Comme en France où ils sont très présents dans les médias et les réseaux sociaux, ils portent des discours parfois sans nuance,  à double tranchant, témoignant aussi d’une concurrence entre associations professionnelles. Le refus des critiques, des évidences, d’observations scientifiques y est patent. Des discours de victimisation ou complotistes s’y développent également. On ne peut que souligner leur présence et leur visibilité, face à une communication institutionnelle ou hiérarchique parfois plus discrète,  ou décalée dans le temps. Sans conteste, leurs interventions et positionnements méritent une analyse approfondie et une récolte systématique de leurs argumentaires… À nouveau, on pressent ici l’intérêt d’historiciser ces argumentaires et stratégies, structurés autour de la mise en avant de la « haine » inédite de la police, d’une violence « inégalée » à son égard, d’une refus « jamais vu » de toute autorité, d’un abandon des polices par leurs autorités politiques.

Que retenir de ces quelques rapides réflexions sur l’actualité autour du meurtre de George Floyd? D’abord, le caractère mondialisé de l’émotion qui en découle et des questionnements sur les pratiques policières qui y ont mené (violence et racisme systémique). Mais aussi le rôle catalyseur de ces émotions face à des difficultés et tensions nationales autour de la police, des inégalités et de la discrimination sociale ancrées au niveau local. À cet égard, la notion d’événement, à la fois déclencheur de quelque chose et issu d’une longe durée fait certainement sens. Les critiques entendues contre la police dans les différents pays sont à la fois le fruit d’une histoire longue et d’une sédimentation de problèmes et d’un contexte court, marqué par la crise du COVID (confinement, crise économique, « liberté » retrouvée marquée par un besoin de se réapproprier l’espace public  mais aussi sans doute, une facteur saisonnier – la fin du printemps et le beau temps allant avec  – favorisant les mobilisations collectives). Les polices américaines et celles d’autres pays doivent être comparées avec les précautions qui s’imposent, mêlant tendances de fonds des évolutions de l’objet policier (centralisation, militarisation, formation des personnels…) et contextes locaux spécifiques. Ensuite, le rappel de l’importance, en matière policière, d’historiciser les phénomènes observés. Tant les polices, les policiers que les protestataires ont un rapport fort au passé, à la mémoire qui participe à façonner les prises de position contemporaines. Enfin, les stratégies et acteurs autour de ces débats sur la police sont un dernier point à considérer : entre négation des problèmes, individualisation de ceux-ci et questionnement sur les polices en tant qu’institutions, les nuances sont nombreuses dans les discours et varient d’un pays à l’autre. À cet égard, le rôle pris dans le débat par les associations professionnelles des polices ou les organes de contrôle mérite une attention toute particulière.

  1. Jacques de Maillard et Mathieu Zagrodzki, à lire ici https://theconversation.com/de-minneapolis-a-la-porte-de-clichy-la-question-des-violences-policieres-140139?utm_term=Autofeed&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1591360046 ou ici https://www.marianne.net/societe/mort-de-george-floyd-en-france-la-police-blesse-beaucoup-mais-elle-tue-peu?utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1591031045 []
  2. Des agences fédérales spécialisées existent sur des domaines d’action particuliers: drogue, terrorisme, protection des frontières, criminalité inter-étatique. []
  3. Mais dont la logique a en réalité une plus longue histoire, remontant aux surplus de l’après-seconde guerre. []
  4. Lire à ce propos l’excellent Michel Goya, https://lavoiedelepee.blogspot.com/2020/06/overkill.html []
  5. Et font débat dans chaque pays, autour de l’usage des armes non-létales, de l’armement ou non des policiers (Angleterre vs France), de la perception des moyens utilisés (le caractère « violent » ces canons à eau n’est pas le même selon les pays)… []
  6. À cet égard, la décision du Conseil municipal de Minneapolis, qui a voté le 7 juin, le démantèlement de la police locale pour la refonder est intéressante. Il faudra voir ce que la décision donne dans la pratique. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jonas Campion (8 juin 2020). Un homme est mort. SecuPolXX. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://secupolxx.hypotheses.org/613


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.