Virus et polices

La crise actuelle relative au COVID-19 et les dernières mesures prises en Italie, Espagne, France et Belgique relatives à des dynamiques de confinement de plus en plus strict de la population en vue du maintien d’une « distanciation sociale » font des forces de l’ordre un des piliers de la réponse publique à la crise.

Police partout, police pour tout ?

Les agents de l’ordre sont des acteurs majeurs de la mise en œuvre de ces mesures inédites. Ils sont chargés de contrôler et surveiller le « bien-fondé » des motifs de sortie des citoyens. Depuis le début mars, les images de contrôle par des policiers italiens se multiplient. En Espagne, policiers et militaires patrouillent ensemble dans les rues. Le 16 mars, faisant suite à l’annonce du président Macron, le ministre de l’Intérieur Castaner soulignait que près de 100 000 policiers et gendarmes seraient mobilisés pour surveiller les limitations de déplacement sur le territoire français. Le 17 mars,  politiques et médias ont souligné la mobilisation des policiers locaux et fédéraux pour faire respecter la mesure de confinement décidée par les autorités belges. Le chef de corps de la zone de police de Namur Capitale, Olivier Libois (par ailleurs président du CEP, ASBL organisant des activités pour comprendre et étudier la police1) a notamment été longuement interviewé pour expliquer comment ses effectifs seraient mobilisés2.

De ces différents éléments, le chercheur peut dégager quelques éléments pour rappeler certains paradoxes et certaines réalités relatives à la police. Sans prétention, voici quelques très brefs éléments de réflexion d’un historien à ce sujet.

Priorités policières

Le premier point à souligner se rapporte (une nouvelle fois) au ce que fait/ce qu’est la police : son éventail potentiel de tâches est infini, s’adaptant à la demande sociale, politique et aux circonstances. Ce qui est intéressant dans la situation actuelle, c’est le retour de son action vers des enjeux de police « sanitaire ». Il n’y a là rien de neuf. Au contraire, dès le Moyen Age, il s’agissait là d’une fonction centrale de la « bonne police ». Le concept est à comprendre comme revenant à assurer la  marche de la cité en faisant notamment respecter les ordonnances relatives à l’hygiène ou à la santé3 : cette fonction sanitaire s’effectuait en temps normal (contrôle des marchandises sur les marchés) ou en périodes d’épidémies en surveillant quarantaine, marquage de lieux infectés…

Second point à rappeler : si l’éventail de tâches est infini, les moyens sont eux par définition limités. Les policiers ne peuvent donc pas tout faire. Ils sélectionnent, priorisent, s’adaptent selon une série de critères individuels, collectifs, hiérarchiques. Ces choix se font plus ou moins consciemment, notamment en fonction de ce que les policiers pensent qu’on attend d’eux.

Dans le contexte actuel, la situation est claire. Le caractère exceptionnel de la crise rend visible une tendance fondamentale habituellement peu mise en avant – on reconnait officiellement que faire la police, c’est faire des choix. Dans son interview, Olivier Libois déclare :

« Nous allons d’abord commencer à faire notre travail de base. C’est-à-dire répondre aux appels urgents, avoir un accueil, on ne ferme pas les accueils, se déplacer sur les interventions urgentes. Et puis tout le reste devient beaucoup moins important et nous donne une capacité policière pour vraiment s’orienter vers cette interdiction de déplacement. Donc, nos policiers seront en rue, ils seront présents, ils iront vers le citoyen »

À une question portant sur les effectifs disponibles, il précise ne pas avoir besoin de renforts :

« Parce que d’une part les interventions classiques, nos missions de tous les jours, un contrôle vitesse, qu’on ne fera plus, il faut bien le dire, ce n’est plus important, c’est plus à l’ordre du jour, nous permettent de récupérer une capacité »

Plus important, plus à l’ordre du jour. Les mots sont forts et limpides. On pose des priorités, on en laisse tomber d’autres!

La police face au COVID, RTBF, 17 mars 2020

Sous le regard de l’historien, ce constat rappelle la nécessité d’analyse du contexte de production (réflexe normal et fondamental!) et de la nécessaire distance critique à adopter face aux différentes sources relatives aux polices. Par définition, les priorités posées influencent l’activité et aussi les rapports qui en sont faits. Dit autrement, l’historien ou le citoyen, lorsqu’il voudra se référer dans un an ou dans cent ans aux chiffres de l’activité policière ou aux statistiques dressées par la police ne devra jamais oublier les priorités alors établies. Il ne faudra faire dire aux documents que ce qu’ils sont, ce qu’ils peuvent refléter, ni plus, ni moins.

Au-delà de ces priorités globales, gardons aussi à l’esprit les différences possibles dans la manière d’appliquer les consignes : prévention ou répression, pédagogie ou verbalisation. Face à des comportements identiques, les attitudes des policiers varient sur le terrain en fonction de nombreux critères dont évidemment le facteur chronologique. « On ne verbalise que ceux qui nous prennent pour des cons » explique par exemple un policier français à un  journaliste du Monde au Jour 1 du confinement4.

La sécurité, construction sociale et politique

Troisième remarque : la situation montre à nouveau comment la production de sécurité est une réalité collective, qui doit être étudiée comme un système. Il faut tenir compte de la multiplicité de ses composantes et comprendre l’articulation des compétences (les concurrences ?), les champs et zones géographiques d’intervention entre elles.

Sur le terrain, l’ensemble des services de police sont présents – mais aussi les acteurs de la sécurité privée ou divers fonctionnaires locaux/communaux aux compétences variables. Ils sont parfois appuyés par des militaires5. Intervient également et évidemment l’appareil judiciaire, à l’extrémité de la chaîne, pour assurer si nécessaire la répression des infractions. Les autorités locales sont ensuite en première ligne (maires, bourgmestres). Mais il faut surtout noter l’importance des organes de coordination nationaux : conseils de défense, conseil de sécurité et autres lieux où se décident les mesures prises, entres décideurs politiques, experts, services de l’État. À nouveau l’existence de tels organes actifs dans la sécurité intérieure n’est pas neuve. De mon expérience (notamment pour avoir consulté, pour d’autres crises – les joies de la période 1944-1947), les archives de la commission du maintien de l’ordre, un organe similaire en Belgique, ce sont des organes dont les sources sont de première utilité pour l’historien voulant comprendre la sécurité et l’ordre comme « politique publique » et comme compromis entre des tensions parfois contradictoires. La diversité des conceptions officielles/institutionnelles de la sécurité s’y observe, car ces organes regroupent policiers, experts, magistrats, autorités exécutives. Ils permettent de croiser les niveaux, les points de vue, leurs rapports de force dans la définition des politiques étatiques. On y documente aussi les difficultés de leur application locale.

Enfin, dernière question à poser : au-delà de l’événement, quelles transformations sur le long terme des pratiques policières ou logiques de sécurité publique ? C’est ici la question de l’impact de la crise et de la normalisation (et légitimation) de mesures a priori exceptionnelles qui est posée. Quand et comment le droit, puis ensuite l’organisation les pratiques et les logiques de la sécurité et de ses acteurs policiers vont-elles être transformées ?

La question est multiforme : au-delà de la philosophie politique sous-jacente aux modalités de surveillance/protection et à l’équilibre entre droits individuels et collectifs (en termes de contrôle des mobilités notamment), elle touche au strict plan des institutions d’ordre à l’organisation institutionnelle, à leurs matériels et équipements, à la technologisation de leurs pratiques, aux modalités de leur travail ou de formation. Elle peut également déboucher sur la durée sur le ciblage de clientèles, secteurs ou comportements spécifiques. La question de l’impact durable de cette crise est actuellement sans réponse mais doit rester bien ancrée dans l’esprit du chercheur.

 

  1. Voir https://www.cepinfo.be/ []
  2. 19h30 de la RTBF, édition spéciale du 17 mars []
  3. Lire par exemple ici, pour Liège https://www.erudit.org/fr/revues/histoire/2018-v36-n1-histoire04138/1054182ar/ []
  4. https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2020/03/18/coronavirus-au-jour-1-du-confinement-on-ne-verbalise-que-ceux-qui-nous-prennent-pour-des-cons_6033465_1653578.html []
  5. Comme en Espagne, il y a des débats et craintes à cet égard en France, lire http://www.leparisien.fr/faits-divers/confinement-le-gouvernement-envisage-le-recours-aux-militaires-de-sentinelle-17-03-2020-8282283.php []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jonas Campion (18 mars 2020). Virus et polices. SecuPolXX. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://secupolxx.hypotheses.org/556


Une réflexion sur « Virus et polices »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.