Musée de la police, musée pour la police, musée du crime ?

Au Musée d’histoire de la ville de Gand (le STAM), se tient actuellement une exposition intitulée « Het Museum van de misdaad » (le musée du crime). Elle repose sur la mise en valeur des pièces conservées par la police judiciaire fédérale de l’arrondissement judiciaire correspondant. Cette collection est issue de l’ancienne police judiciaire, fondée en 1919 et disparue lors de la réforme des polices de 1998-2001, qui avait constitué au niveau local, un « musée » à destination de ses agents.

Archives et matérialité policière

L’histoire même de la « redécouverte » de ces collections est intéressante. L’équipe du STAM en a eu connaissance lorsqu’elle a été confrontée à une tentative de revente d’une pièce volée de sa collection permanente. C’est à l’occasion de l’enquête judiciaire qui s’en est suivie, que policiers et conservateurs se sont « apprivoisés » pour permettre de rendre publique une collection qui était jusqu’alors à la fois largement oubliée. Les pièces ont ainsi pu quitter les locaux de la police pour être exposées au sein d’un musée plus classique.

Le Musée du Crime – STAM, Gand

De manière concomitante à cette exposition, il faut signaler que les Archives de l’État dans les provinces continuent leur travail d’ouverture à la recherche de documents policiers et judiciaires. Les archives de la police judiciaire de Gand ont ainsi été classées et inventoriées pour la période 1919-2001, offrant de riches potentialités pour de nouvelles perspectives sur l’histoire du crime, des régulations, mais aussi l’histoire sociale, politique ou migratoire de la Belgique au 20e siècle1.

Après avoir visité l’expo, et rebondissant sur une publication récente de Gwénola Ricordeau et Fanny Bugnon consacrée à une approche empirique de quelques musées policiers européens2, nous proposons dans ce billet quelques remarques sur l’exposition, mais plus largement sur le processus et les logiques de « mise en musée » de la police à partir de cette histoire locale. Peut-on parler de patrimonialisation dans ce cas ? Le terme de mise en exemplarité pourrait mieux convenir…

Comme d’habitude, rien de définitif dans nos propos, juste quelques pistes de réflexion.

Une exposition au statut mal expliqué ?

Parlons d’abord de l’exposition contemporaine présentée au STAM. Le défi de ses concepteurs était de donner du sens à une collection d’objets conservés par les services de police. Le fil rouge choisi a été celui de l’enquête policière, depuis la scène de crime, jusqu’à la résolution du crime. Passées les premières vitrines consacrées à l’histoire de la police judiciaire gantoise (on y retiendra de très jolies photos de l’immédiat après première-guerre), on voyage donc au sein des enquêteurs et de témoins, de services de police technique ou scientifique, de médecine légale, de documentation policière (identité, portrait-robot, coopération policière). Objets, reconstitutions, mises en situation mais aussi quelques photos ou documents d’archives mettent le visiteur en situation au sien du magnifique cadre du STAM.

On est replongé dans certaines des « grandes » affaires criminelles de la région. Les « cartels explicatifs » apportent les indispensables explications pour le grand public.

Pédagogique et logique, le parcours présenté est intéressant : dans une première lecture, il répond aux objectifs de ses concepteurs, à savoir présenter les étapes et les enjeux du travail d’investigation de la police, entre la fin de la Première Guerre mondiale et grosso modo, les années 70’. Le discours est tout public. Pourtant, le parcours relève des ambiguïtés. D’abord, la question chronologique est parfois occultée : l’enquête en 1930 s’apparente-t-elle à celle de 1970 ?

Panneau de la police judiciaire près les Parquets

Surtout, on ne dispose que de peu d’éléments sur la formation de la collection par la police judiciaire, au fur et à mesure du siècle. Quand et pourquoi telle pièce a-t-elle été patrimonialisée par la police ? Et surtout, dans quel(s) but(s) ? Ces éléments et ces réflexions sur le « musée » de la police, d’ailleurs rebaptisé « musée du crime » dans le cadre de l’exposition manquent trop souvent. Et pourtant, ils sont fondamentaux. Notamment par la muséographie présentée au STAM. Si des mises en scène sont bien présentes, elles sont également complétées par des vitrines regorgeant d’objets divers. Celles-ci sont (meubles compris !) issues directement du musée « initial » de la police. L’intérêt de ces vitrines tient donc à l’accumulation de pièces, qu’il s’agisse d’armes, de littérature érotique, de faux, d’outils pour cambrioleurs… Pourtant, la présentation et la mobilisation de ces vitrines « dans leurs jus policier », n’ayant fait l’objet d’aucun aménagement, si ce n’est le transfert géographique depuis les locaux de la police, ne sont que très peu exploitées.

Le visiteur lambda risque de n’y voir que des objets anecdotiques, non contextualisées et dont la datation est souvent loin d’être évidentes. À mon sens, il y a là un manque ou du moins, un « effet de source » non exploité. On a pourtant dans cette logique de conservation et d’accumulation par les services de police, sur près de 80 ans, un discours matériel très clair sur la gestion du risque, sur la norme, sur ce qui est accepté par la société belge et par ses agents de l’ordre. Les objets révèlent les craintes et les priorités successives de cette police si particulière dans l’appareil policier belge, puisque relevant directement des Parquets des Procureur du Roi. À la fois police criminelle, mais aussi police morale ou politique, ses champs d’intervention sont extrêmement variés, comme le montre  justement les collections d’objet qui ont été constituées puis conservées au fil des années.

Littérature érotique saisie par la PJ de Gand

Au-delà de l’acte d’enquête présenté par le scénario du « musée du crime », il ne faut pas oublier de comprendre et interroger ce qui a servi de base et de matière première à ce récit. On doit de penser l’objet initial, à savoir le musée policier « ancien », cumulatif, discret, réservé aux « initiés ».

Des « musées » de la police, pour quoi faire ?

La question centrale que pose ces collections est celle des causes de leur constitution. Il faut souligner que pendant longtemps, le musée policier était, par définition, destiné aux seuls policiers. L’ordre ne pouvait se concevoir par une large publicité faite aux infractions et au crime. Ainsi, ces musées n’étaient pas destinés à rencontrer un large public. Ce sont en réalité des outils internes, destinés à la fois à la formation, à l’exemplarité et à la mémoire policière. Puisque constitués de pièces saisies lors des enquêtes ou à partir de cas résolus, ils servent également à mettre en scène le succès et l’efficacité de l’institution dans la gestion du crime. Édifier, former, alerter, avertir, se souvenir : ce sont les fonctions données à ces musées policiers.

Initiatives locales, se multipliant en Europe à la fin du 19e et au début du 20e siècles (voir pour la seule Belgique, la volonté de doter l’École de criminologie ou de police scientifique d’un tel musée3, ou la volonté de la gendarmerie d’également constituer un musée pédagogique4, ces musées reflètent sans aucun doute les craintes et priorités du corps de police (et de ses responsables) dans l’exercice de ses fonctions. Ils montrent la construction professionnelle et judiciaire des « risques », leur oubli et parfois, leur réactivation. Ces musées témoignent également d’une conception particulière du savoir policier, où comptent principalement l’expérience et le flair – autant de qualités que la « matérialité » de l’objet aide à développer dans l’esprit des décideurs policiers. Dans leur concurrence, ils rappellent également combien les systèmes sécuritaires, composés de multiples acteurs en interaction constituent des équilibres instables où se jouent des jeux d’influence parfois difficile à résoudre…

  1. Paul Drossens, Karel Velle, Inventaris van het archief van de gerechtelijke politie bij het parket van de procureur des Konings van Gent (1919-2001), Bruxelles, AGR, 2018. L’inventaire est téléchargeable en ligne sur le site des AGR/AE. À l’occasion de la présentation officielle de l’inventaire, une journée d’études organisée au STAM le 14 décembre 2018 a permis de souligner les apports principaux de ces archives. Nous renvoyons au live-tweet que nous avons pu en faire. À lire sur https://twitter.com/JonasCampion/status/1073496482161065990 []
  2. Gwénola Ricordeau, Fanny Bugnon, « La police au musée : une perspective comparative », in Déviance et Société, vol. 42, n°4, 2018, pp. 663-685. À lire sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-deviance-et-societe-2018-4-page-663.htm []
  3. Voir à ce sujet les travaux de David Somer, notamment ici []
  4. Lire http://www.just-his.be/eprints/2688/1/Mihail_%2D_Francis_H%C3%A9ritage_de_la_gendarmerie_entre_mus%C3%A9e_et_d%C3%A9pot_d’archives.pdf []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.