22, v’là les clics ! La police et ses images

Ce vendredi 19 octobre, s’est tenue à l’Université de Gand, la quatrième rencontre du groupe MENEPOLHIS. C’est un réseau scientifique regroupant l’Irhis (U. Lille), le CHDJ (UCLouvain) et le Vakgroep geschiedenis (U. Gand) qui place au cœur de ses rencontres les enjeux de méthodologiques relatifs à l’histoire de la police. Après la question des sources orales, des statistiques policières, de l’étude des espaces policiers, ce sont les images des polices qui ont occupé nos réflexions.

Il s’agissait de revenir pour les intervenants, sur quelques images (terme que nous considérons dans son sens le plus large) que chacun rencontre dans ses travaux. À partir de ces cas concrets, nous voulions apporter des éléments de compréhension à l’exercice compliqué de l’usage et de l’interprétation des images en histoire, tout en proposant quelque chose de relativement inédit en matière d’histoire des pratiques policières. Il s’agissait bien de « décentrer » nos regards de recherche, pour placer au centre de nos réflexions des images qui ne sont que trop souvent que des pépites, des anecdotes, de banales illustrations, ou de simples sujets de conversation entre chercheurs à la machine à café !

Sans dresser de bilan définitif de l’après-midi de travail, qui a pris la forme d’un séminaire informel, permettant des échanges féconds car très libres, j’aimerais « archiver » dans ce post quelques points qui m’ont semblé dignes d’intérêt… La discussion à leur propos reste ouverte, et pleine et entière. Surtout, alors que nous étions entre « amis de la police » (pour reprendre une expression chère à Jean-Marc Berlière), il est évident que les historiens des images, des médias, ou les spécialistes des visual studies ont beaucoup à apporter à nos réflexions, parfois naïves.

Premier point : la diversité des images utilisées doit être soulignée. On a travaillé sur des représentations graphiques (sous l’Ancien Régime), sur des photos « officielles », sur des images privées, sur des images commerciales (cartes postales), mais aussi sur des images animées, comme des films ! Même face à des sujets pour lesquels on se disait que trouver des illustrations serait difficile, il a été possible de trouver de la matière (la police rurale en Belgique, au début du vingtième siècle, par exemple). Face à ces images plurielles, la place des policiers sur l’image mais aussi leur rôle dans la création et la diffusion des images se doit d’être précisée ! Cette diversité invite évidemment à réfléchir à une typologie de ces sources iconographiques, au-delà de leur support, en matière de compréhension des pratiques et logiques d’ordre. Sa base pourrait être la suivante, tout en devant être nuancée : images extérieures de la police ; images internes de la police (pour le dire autrement, self-reprensentation ou image corporate) et enfin, images pour la police, c’est-à-dire les images produites par les institutions dans le cadre de l’exercice de leurs missions, que ce soit par exemple en matière de police judiciaire (pratiques d’identification, de fichage d’individus mais aussi documentation d’une scène de crime) ou pour la formation des agents (circulation routière, maintien de l’ordre, ….). L’intérêt de la typologie et des échanges tenus a été de mettre en avant les invariants dans les images policières, au-delà des époques, des institutions et des espaces considérés !

 

Second point : considérées sur la longue durée, les images révèlent des permanences en matière de logiques policières, tout comme elles nous donnent à voir autrement ce qu’on connaît pourtant par ailleurs, notamment grâce à la lecture et à l’exploitation des documents d’époque. On le sait en lisant les archives, on est frappé en le voyant. Le poids des mots, le choc des photos, pour le dire autrement. L’exemple de la représentation des gardiens de nuit d’Ancien Régime, et de leurs attributs typiques (lumière, chien, arme) ne peut que faire écho aux images contemporaines de la sécurité privée. Autre cas marquant : l’observation d’images filmées d’opérations de maintien de l’ordre, montrant notamment l’usage de la force (par les policiers et les manifestants), ou le caractère confus des opérations nous invite à relire autrement les théoriciens et techniciens de l’ordre ou les rapports écrits sur ces mêmes événements !

Troisième point : l’interprétation et le sens des images ouvrent des questions fondamentales sur les notions d’identité des agents de l’ordre. Nos échanges ont porté à un moment sur les « clips » de recrutement de polices (voir ici ou ). Ils révèlent les valeurs promues, les représentations dominantes de la police (tant par la police elle-même et celles qu’on pense que le public attend), l’accent mis sur les tâches prioritaires et caractéristiques de ces institutions à un moment donné. L’image, qu’elle soit fixe ou animée est donc un miroir du ce que pense être la police/comment la police se voit/comment la police est vue. Dans le même ordre d’idée, il faut également réfléchir au sens de l’usage des images par les polices : modernisation, transformation, insertion sociale, proximité, puissance sont autant de messages sous-jacents à leur création/diffusion.

Dernier point : les travaux ont également permis de souligner la nécessaire prise en compte de l’aspect technique et institutionnel des images. D’abord, savoir à partir de quand les polices ont pu produire leurs propres images, de manière institutionnelle, au sein de services dédiés (= la naissance du métier de communicant). Ensuite et surtout, face à des images qui sont souvent conservées hors contexte, sans légende ou information précise, il faut voir en quoi l’aspect technique apporte des éléments d’identification et de compréhension de celles-ci (matériel privé ou professionnel, datation, enjeux techniques du développement et de la diffusion des images…). Enfin, les échanges ont également offert la possibilité aux participants de la rencontre de partager leurs connaissances quant à des filons potentiellement intéressants pour systématiser quelque peu la récolte d’images d’une part, réfléchir aux enjeux de leur ouverture à la recherche de l’autre.

Une histoire à creuser assurément…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.