« La fièvre monte » : un malaise policier ?

En Belgique, depuis le début de la semaine, il y a une « épidémie » de certificats médicaux au sein de certaines unités de la police/zone de police locale. Plusieurs centaines de policiers, au sein d’unités de la police fédérale, et au sein de zones locales de police se sont ainsi déclarés comme « malades » et incapables de remplir leurs missions.

Non, il n’y a pas (encore ?) d’épidémie de grippe (aviaire, pour faire un très mauvais jeu de mots) au sein de la police. Ces malades en cascade constituent une forme de protestation des policiers, moyen pour se faire entendre de leurs autorités alors qu’ils se sentent abandonnés, peu protégés, non soutenus, victimes de mesures d’économies injustes et de violences qu’ils qualifient de plus en plus fréquentes1. Ils dénoncent aussi des conditions d’emploi de plus en plus dures, face à un manque d’effectifs et des missions toujours plus prenantes (notamment dans la suite du contexte sécuritaire lié aux attentats). Ils réclament également une revalorisation statutaire.

Modèle de certificat médical de la police fédérale belge.
Protester de manière exceptionnelle

La mise sous « certificat » est pour les policiers un mode original de protestation. C’est en fait la seule garantie de ne pas être réquisitionné par la hiérarchie, ce qui peut arriver en cas de préavis de grève. Il faut rappeler que si la loi sur la fonction de police de 1998 confirme le droit de grève des policiers, elle le soumet à une annonce préalable à une large discussion. Surtout, les contraintes du service permettent la réquisition des effectifs même lorsqu’ils se sont déclarés grévistes. Le droit de grève de la police belge est donc restreint par la mission de « service public » qu’exercent les policiers.

La situation actuelle est caractéristique des modalités particulières de protestation des forces de police, en Belgique, comme dans d’autres pays d’Europe. De manière générale, de par la place qu’ils occupent au cœur de l’État – tant au niveau local qu’au niveau central -, de par les relations de service, de dépendance mais aussi de méfiance que les policiers entretiennent avec leurs autorités, l’appareil judiciaire et la population, de par leurs missions traditionnelles mais également de par leur conception de leur métier et de leurs fonctions, il est impensable que les policiers puissent s’engager dans un long mouvement de grève, même lorsque ce droit leur est reconnu.

Ceux-ci doivent alors inventer d’autres moyens de mobilisation, pour instaurer un rapport de force destiné à faire valoir leurs revendications dans l’espace public et l’arène politique. À ce titre, les « certificats » ne sont que le dernier avatar d’une longue histoire de mobilisations individuelles et collectives de ces groupes professionnels si particuliers. Ce billet propose une remise en perspective de et quelques éléments de méthode pour analyser ces protestations policières.

Fermer les yeux ou punir ?

Les policiers peuvent ainsi « trop » ou « ne pas » agir, tout en continuant à exercer leurs missions. Il en découle ainsi une mise sous pression des autorités et des populations, permettant de faire résonner un message revendicatif. On parle ainsi, en Belgique, notamment en matière de roulage, d’une possible grève du zèle ou au contraire, d’une semaine sans procès-verbaux, important dans le pays un type d’action déjà menées par des policiers aux Pays-Bas.

Ces actions rappellent un point central de la compréhension des logiques policières, à savoir l’autonomie dont les policiers ils disposent dans l’exercice concret de leurs missions. Il y a toujours et il y a toujours eu une part de « subjectivité » et de « choix individuel » dans la manière qu’on les policiers de s’approprier et de traduire en actes les missions qui leurs sont confiés. Punir, sermonner ou laisser « faire » ? Les possibles sont nombreux. Une multitude de facteurs qui vont du contexte (spatial, temporel, météo, social…), à l’identité de la personne avec qui le policier interagit en passant évidemment par la représentation que le policier se fait de sa conception du métier, permettent d’expliquer cette appropriation individuelle, locale, changeante du cadre réglementaire et des injonctions hiérarchiques.

Dans un but protestataire, les policiers ne font ici que systématiser et dire tout haut et ce qui se vit en réalité quotidiennement, sans que cela ne pose de problème… Au-delà du constat, il est utile de poser à cet égard une petite réflexion de méthode, pour l’historien de la police. Plus que jamais, c’est un rappel sur la manière dont il faut mobiliser les archives et les chiffres disponibles. Il est indispensable de les replacer dans le contexte de leur production. En effet, une lecture au premier degré des archives issues de ces périodes de « grogne » amènerait à prendre pour révélatrices des données largement exceptionnelles.

Qui proteste ?

Un autre mode de protestation qui a été utilisée à plusieurs reprises, notamment en France (2001 pour les gendarmes, 2017 pour la police), est la manifestation par procuration. Ce sont alors des proches des policiers et gendarmes, notamment leurs époux/épouses, qui se mobilisent, portant la voix de leurs conjoints. Manifestations, prise de position dans la presse, mobilisation sur les réseaux sociaux, campagnes épistolaires son autant de moyens d’actions mis en œuvre. Par ces mobilisations collectives, il s’agit d’une manière de garantir la liberté d’expression des agents de l’ordre, d’éviter des pressions hiérarchiques sur ceux-ci et de montrer une solidarité et un soutien à leur égard. Surtout, cette mobilisation par procuration se révèle particulièrement efficace : elle attire les médias et bénéficie d’une immunité au sein de l’espace public… Pour des raisons similaires, les retraités représentent également d’évidents soutiens par procuration des personnels en service.

Mobilisation virtuelle et épistolaire

Enfin, la mobilisation peut aussi être une mobilisation de l’écrit. Dès le début du 20e siècle, les revues corporatives des polices ou des gendarmeries publient fréquemment des lettres, anonymes, dénonçant telle ou telle situation. Elles constituent des indicateurs intéressants des inquiétudes des personnels à un moment donné. La presse généraliste peut également recevoir ce type de courrier, dans le cadre de campagne épistolaire collective (France, fronde des gendarmes de 1989). Les débats parlementaires se font aussi écho de lettres envoyées par des agents de l’ordre à des parlementaires, pour souligner des situations problématiques.

Enfin, plus récemment, l’essor des réseaux sociaux donnent un nouveau souffle à ces mobilisations par l’écrit. Les réseaux sociaux permettent de créer du lien, même virtuel et constitue des lieux d’expression aisés pour les policier/gendarmes. La presse belge relate ainsi la création récente d’un groupe Facebook intitulé « Police Unifying movement » regroupant en quelques jours près de 20.000 membres (si tous sont des policiers, on frôlerait les 50% des effectifs présents dans le pays)! En France aussi, de tels groupes existent. À nouveau, la situation est un appel à la démarche scientifique : il faut archiver et conserver ces expressions souvent éphémères pour en mener une analyse ultérieure.

Une mobilisation en dehors des cadres

Pour conclure, le dernier point à souligner autour de ces mobilisations est celui de leur articulation avec les associations professionnelles ou syndicales des polices. Il faut se rendre compte des rapports de force et de confiance entre la « base » et ces organisations. En Belgique, les syndicats policiers reconnaissent être dépassées par la grogne, et tentent de prendre le train en marche. Les policiers, sur le terrain, expriment leur défiance envers les syndicats qu’ils jugent incapables de défendre leurs intérêts. Lorsque l’on connait le poids que peuvent avoir associations représentatives, corporatives ou syndicats, les enjeux entre individus et ces organisations constituent une clé de lecture indispensable à considérer pour qui veut comprendre les protestations des garants de l’ordre et plus largement le fonctionnement de ces microcosmes…

  1. Notamment 2 policiers tués à Spa en aout 2018, 2 blessés dans les Fagnes en octobre 2018 et entre ces deux événements, a été rendue publique l’annonce d’une libération conditionnelle d’un homme condamné pour avoir assassiné une jeune policière en 2007 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.