Une “affaire” de police? Quelques commentaires d’un historien sur un “scandale”

Au-delà de ses enjeux politiques, juridiques et démocratiques, l’affaire “Benalla” constitue pour le chercheur sur les “choses policières” un cas d’école exemplaire permettant d’illustrer certains concepts primordiaux à la compréhension et à l’analyse de ces réalités, concernant la France ou d’autres pays. Pour l’historien, c’est aussi une invitation à mettre en avant certains points de méthode. Ce billet est l’occasion d’en dresser un premier bilan, en date du 27 juillet1 pour à la fois tenter de replacer cette crise « policière » dans une perspective chronologique plus longue ainsi que dans une perspective méthodologique plus large…

Qui fait la police ?

Une question centrale au cœur de cette affaire est celle du « qui » fait la police. On s’étonne de voir un chargé de mission à l’Élysée, revêtu de certains accessoires policiers (brassard, casque, radio), intervenir dans des manifestations et porter des coups à des manifestants. Dans ce contexte, la police n’est donc pas le fait uniquement de policiers… mais bien d’un contractuel rattaché au Cabinet du Président. Le fait étonne! En généralisant ce cas particulier, on comprend qu’il s’agit là d’une rupture par rapport au droit d’une part, mais aussi d’une brèche dans le principe la structuration progressive de l’État moderne, qui est basé, pour reprendre l’expression connue de Weber, sur le monopole de la violence légitime.

En fait, l’événement n’est pas neuf dans l’histoire contemporaine : nombreux sont les moments où des policiers ont pu être “appuyés”, “concurrencés” ou “remplacés” par d’autres personnes, « non-officielles » dans diverses circonstances : par des employés non-grévistes, aux ordres de patrons des mouvements sociaux, par les résistants à la fin de la guerre, par des services d’ordres plus ou moins officiels lors de certaines manifestations ou dans le cadre d’activités politiques. Pendant la guerre, la police a également été largement exercée par des forces para-policières ou para-militaires dans l’ensemble des pays occupés.2. Motifs politiques, idéologiques, économiques ou communautaires peuvent expliquer/justifier ces interventions. Souvent, il en découle des critiques venant de différents milieux et, lorsque la situation débouche sur la mise en lumière d’autorités faibles, sur des réactions  officielles cherchant à réaffirmer le monopole policier dans les questions d’ordre.

Plus largement, cette question du « qui » fait la police est un débat ancien. Il faut observer une tendance longue, marquée dans un premier temps, suite à la construction de l’État moderne, par une dynamique de centralisation et de professionnalisation des acteurs de l’ordre, en tant qu’agents publics. Au-delà de la seule fonction de police (=bonne marche de la cité), c’est l’époque de l’apparition d’institutions de police, en uniforme3. Plus récemment, la situation évolue. Au-delà de ces moments de « crises » où des « civils » exercent la police, il faut reconnaître les acteurs de la sécurité se multiplient ces dernières années : forces de police (au niveau national, municipal ou communal selon les pays), agents privés reconnus, armées participent sur le terrain à l’exercice de ces fonctions. Les fonctions de police ne sont à nouveau plus concentrées aux mains des seules institutions de police. C’est un système évolutif encadré par la loi qui se développe. Il est fait d’interactions et d’équilibres mais aussi de concurrences. Il redéfinit le « qui » fait la police, mais également les logiques de la géographie policière (où s’exerce-t-elle ? Quelles définitions donner à espaces privés et publics ?). L’historien ne peut que s’intéresser à la fois à cette tendance longue et à ses orientations plus récentes…

Dans le cas qui occupe l’actualité, l’intervention “policière” dans la manifestation parisienne sans base juridique solide, le mélange de genre entre “acteurs officiels” et acteurs “politiques” ou “individuels” de la sécurité sont autant d’éléments qui posent question : on découvre sur de nombreuses vidéos un civil, équipé comme un policier et agissant au cœur des dispositifs institutionnels mis en place.

Cette hybridation (usurpation ?) pose la question de l’indépendance et du respect de ses règles par l’institution policière, de ses chaînes hiérarchiques, de ses liens avec le pouvoir politique. Ce sont là les questions centrales de l’analyse historique, lorsqu’on veut comprendre l’histoire de la police, qui est par définition ancrée dans un contexte, au cœur d’une société. Cette situation représente évidemment un risque pour le bienfondé des relations police/population – on y voit la possibilité d’une rupture de confiance, au cœur du contrat social constitutif de l’exercice de l’ordre dans nos sociétés.

Sur ces risques, il est ainsi intéressant de constater que, en Belgique (et ce n’est pas le seul pays où cela survient4), dès 1934 (dans un contexte économique, politique et social difficile), le législateur prend une loi à l’encontre des “milices privées”. En son article 1er, cette loi interdit “toutes milices privées ou toute autre organisation de particuliers dont l’objet est de recourir à la force, ou de suppléer l’armée ou la police, de s’immiscer dans leur action ou de se substituer à elles”. Le texte interdit ensuite les “exhibitions en public de particuliers en groupe qui, soit par les exercices auxquels ils se livrent, soit par l’uniforme ou les pièces d’équipement qu’ils portent, ont l’apparence de troupes militaires […] la tenue de ou la participation à des exercices collectifs, avec ou sans armes, destinés à apprendre l’utilisation de la violence à des particuliers”. Cette loi, c’est d’abord un refus de concurrence quant aux fonctions policières et militaires. Ensuite, c’est un rappel du monopole de l’usage de la violence. Enfin, la loi place au centre de ses préoccupations la visibilité et les lieux d’évolution de ces groupements. Il leur est interdit d’occuper l’espace public en uniforme. Cette question de la tenue est évidemment centrale, pour éviter de confondre institutions publiques et groupements privés.

Qui « commande » la police ? Écosystèmes policiers

L’affaire permet aussi de rappeler que pour comprendre la police, il est nécessaire de connaître l’écosystème où elle évolue – notamment sa hiérarchie. Est-on dans un système centralisé et à l’autorité nationale, ou l’autorité policière est-elle locale ou située autre part (des magistrats, par exemple, pour prendre le cas de la police judiciaire belge, fondée en 1919) ? Au-delà des structures (ministères, Cabinets, administrations, justice), il faut ensuite s’intéresser aux hommes qui les incarnent. Ce sont deux axes centraux de l’analyse des politiques de sécurité.

Cas particulier qui ressort de l’affaire Benalla et sans doute unique à l’échelle internationale : la spécificité de la Préfecture de police (PP) qui s’occupe de la sécurité à Paris depuis 1800. La capitale a toujours eu un statut particulier dans les logiques d’ordre, par les craintes que la ville et sa population ont pu soulever à travers les décennies5. Le cas parisien doit être compris, analysé et remis en perspective : est-il légitime de généraliser au reste de la France ce qui est observé dans la capitale ? À l’étranger, retrouve-t-on de tels structures hiérarchiques spécifiques ?

Police généraliste et police spécialisée

Une troisième observation touche au caractère généraliste ou spécialisé de la police : à l’origine, lors de la manifestation du 1er mai, ce sont les enjeux de maintien et de rétablissement de l’ordre qui sont centraux. On y observe d’abord l’intervention d’unités spécialisées, tels que les CRS (ou la gendarmerie mobile.) Celles-ci ont des équipements, des modes d’intervention et des doctrines spécifiques. Ces dernières évoluent évidemment et constituent des marqueurs des relations sociales et politiques dans la société. Mais on y observe également l’intervention d’unités de circonstances, comme les voltigeurs en moto ou plus récemment, les compagnies de sécurisation et d’intervention de la préfecture, moins formés à ces interventions de rétablissement de l’ordre et faisant alors l’objet de critiques sur la légitimité et l’efficacité de leurs interventions.

Dans un second temps,  l’affaire porte sur une autre spécialisation policière : la protection des personnalités et surtout, celle du président de la République. Doit-elle être confiée à des gendarmes, des policiers, des agents privés ? Faut-il un service dépendant du ministère de l’Intérieur ou dépendant directement de l’Élysée  ? Quelles sont les réformes qui étaient dans les cartons ?

Cette question de la spécialisation, de la professionnalisation est elle aussi centrale pour comprendre la réalité policière et ce qu’on attend d’elle dans une société contemporaine. C’est aussi une clé centrale pour comprendre l’existence de « traditions » ou de « modèles » policiers, dans une perspective transnationale. Pourquoi telle dynamique de spécialisation a-t-elle pu se développer dans un pays et pas dans un autre ? Une question qui se pose tant face au “maintien de l’ordre ” à la française (et à son isolement actuel, après avoir eu une large influence durant des décennies et aux volontés de réformes des doctrines qui voient actuellement le jour)6, que face à la volonté prêtée (fantasmée?) à l’Élysée de revoir sa sécurité par la création d’une unité se rapprochant du « Secret Service » à l’américaine.

Ce que fait/peut faire la police

Le quatrième point qu’il faut relever se rapporte à l’action de la police, aux pratiques policières et aux limites de celles-ci. Primo, l’affaire Benalla a reposé la question de l’obéissance des policiers en interne mais aussi face à diverses autorités ou personnes extérieures à l’institution. Secundo, l’usage de la violence par la police/envers la police est également présente (en réalité centrale) dans cette affaire, même si elle n’occupe (malheureusement) qu’une place annexe dans les débats7. Clairement, des liens sont ici à tisser avec ce que nous avons dit sur la spécialisation de la police. Les images des événements montrent des scènes où la violence est réelle, et où les policiers font usage d’une large gamme de moyens coercitifs : bâtons, gaz, lanceurs de balle de défense. On observe également une forte proximité physique entre policiers et manifestants. Violences individuelles ou collectives et institutionnalisées ? Les interprétations des images s’opposent, avec un discours institutionnel ne jugeant nullement l’intervention des policiers (ou d’Alexandre Benalla s’il avait vraiment été policier) comme illégitime de par sa violence; d’autre dénonçant alors la banalisation de ces violences.

Ce sont-là des caractéristiques typiques d’une conception particulière de la police qui, prégnante en France, ne l’est pas nécessairement à l’étranger. Surtout, les images témoignent sans doute d’un conception « ordinaire », « normalisée » de l’usage de la force dans la gestion et l’occupation de l’espace public. Ici aussi, l’historien ne peut qu’inscrire cette question dans une perspective diachronique et synchronique.

À l’inverse, les responsables auditionnés devant les commissions parlementaires ont insisté sur le caractère « inédit » de la violence vécue dans la capitale le 1er mai 2018. Le ministre Collomb a ainsi avancé, lors de son audition du 23 juillet, le nombre d’arrestations effectuées par la police le 1er mai comme preuve des violences. À l’analyse, l’explication peut paraître simpliste. L’historien sait ce que les chiffres officiels peuvent dire (et surtout ne pas dire) : ils témoignent surtout d’une activité concentrée sur un domaine particulier, de la mise à l’agenda d’une priorité, d’un effort d’activité sur un domaine précis, ou de consignes reçues. Il faut sans doute en réalité inverser en partie la déclaration et dire que le nombre d’arrestations effectuées ce jour-là témoigne aussi de la construction sociale et politique d’un “risque” par l’autorité politique et la police. Dit autrement, que la crainte de certaines autorités a justifié une action particulière de la police. Les chiffres, surtout lorsqu’ils touchent la police, ne doivent jamais être considéré sans remise en contexte, sans discussion des logiques de leurs créations et des usages qui ont pu en être faits.

Guerre des images et questions de sources

L’image est au cœur de l’affaire. Ce sont des vidéos qui ont lancé le scandale grâce au journal Le Monde. On enquête pour savoir si les images de la caméra-surveillance ont pu être à disposition de l’Élysée, pour savoir si les délais légaux de conservation ont été respectés. La multiplication des vidéos et des photos des événements rappelle que nous vivons dans une société de l’image : elle fait preuve, elle fait sens. Les policiers comme les citoyens en ont conscience : si les policiers sont filmés (par des journalistes, des militant mais aussi de simples citoyens), ils intègrent également de plus en plus l’enregistrement de leurs interventions dans leurs pratiques. Des officiers images existent au cœur des dispositifs, les policiers sont équipés de caméras corporelles. Pour l’historien, ce constat ouvre des pistes de réflexion inédites. Elles touchent à l’appropriation de nouvelles technologies et de nouveaux usages sociaux par les policiers ; elles touchent à l’impact de ce contexte “visuel” sur les pratiques et l’habitus des policiers (histoire du changement policier) ; elles touchent enfin à la (non) conservation des images en tant que sources pour des recherches futures et à la manière de les utiliser (méthode, critique comme matière première de la recherche).

Par rapport aux sources toujours, il faut encore souligner l’intérêt que constituent les commissions d’enquête mises en place. Les auditions, mais aussi les rapports des travaux constituent des portes d’entrée irremplaçables sur l’action policière et ses perceptions. Ces documents témoignent de crises mais également de la normalité policière. L’historien ne doit donc jamais hésiter à se plonger dans les documents parlementaires, ou administratifs. Parce qu’ils donnent à voir des moments et des faits jugées comme symptomatiques d’une crise ou d’une problématique prioritaire, parce qu’ils donnent la parole à de nombreux témoins, parce qu’ils donnent à penser la réforme sécuritaire, parce qu’ils débouchent sur des recommandations dont l’effectivité doit être analysée, ces enquêtes constituent une source de première importance et peu utilisée de manière systématique, dans la durée, par l’historien.

Certes, il faut les lire avec un regard critique. Certes, il faut parfois savoir se distancer des postures politiques et des jeux qui en découlent. Mais la matière première est riche, comme la diversité des thématiques faisant l’objet des débats. Pour prendre les cas belge, français et néerlandais, ces rapports peuvent par exemple concerner le terrorisme, le maintien de l’ordre, la gestion de manifestation, la lutte contre le banditisme ou de groupes particuliers (Provo aux Pays-Bas), la concurrence entre polices pour le seul second vingtième siècle. Les travaux de ces commissions représentent des corpus de plusieurs centaines de pages, aisément accessibles8, dont un intérêt majeur est de permettre simultanément une lecture sociopolitique nationale mais aussi une lecture comparative entre pays mettant alors les caractéristiques policières au centre de l’analyse…

Et demain? La police face à l’après-crise

Dernier point à souligner: l’intérêt du futur. Quand et comment la police pourra-t-elle sortir de cette crise? Quels en seront les impacts en termes de structures, de pratiques et de personnes? L’historien sait combien la réforme au cœur des polices est souvent rendue inévitable par des événement externes, paroxystiques alors que dans la normalité, les choses trainent pour cause de questions financières, humaines ou politiques. Dans ce cas comme dans d’autres affaires auparavant, il faudra donc être attentif au caractère de rupture qu’elle peut incarner et bien mettre en lumière ses conséquences!

  1. Outre la presse, je me base sur les auditions en cours devant les commissions des lois, en cours à l’Assemblée et au Sénat. Pour les non-Français, il est possible de les suivre en ligne sur les chaînes LCP et Public Sénat []
  2. Pour la France, lire à ce propos le prochain livre de Jean-Marc Berlière, Polices des temps noirs. France 1939-1945, à paraître en septembre 2018 chez Perrin []
  3. Lire à ce propos l’excellent Paolo Napoli, Naissance de la police moderne: Pouvoir, normes, société, Paris, La Découverte, 2003 []
  4. Pensons notamment aux suites du 6 février 1934, en France []
  5. Sur le sujet, se reporter à Jean-Marc Berlière, René Levy, Histoire des polices en France de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Nouveau monde, 2011 []
  6. Pour le point de vue officiel sur cette question, lire https://www.interieur.gouv.fr/Le-ministre/Interventions-du-ministre/Adaptation-de-la-doctrine-d-emploi-au-maintien-de-l-ordre, consulté le 27 juillet 2018 []
  7. Màj du 31 juillet 2018: le 28 juillet, Le Monde a publié un excellent papier sur cette question. Il est à lire ici []
  8. Et ce qui ne gâche rien, parfois disponibles en ligne []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.