Le “capital” de la sécurité publique

Je l’avais annoncé il y a presqu’un an. Je travaille actuellement sur une histoire budgétaire de la sécurité publique. Dit autrement, et (trop) simplement, je m’intéresse à qui finance, et à quelle hauteur, mais aussi ce qu’on finance dans les pratiques et politiques de la sécurité1.

Des sous pour les policiers ?

La construction sociale de la sécurité est issue d’une équation complexe. La sécurité, ce sont d’abord des pratiques sociales et policières, face à des comportements ou personnes considérées comme « dangereuses », ou représentant des « risques ». La sécurité, ce sont ensuite discours, mettant en avant ces comportements à contrôler ou soulignant la volonté de lutter contre telle ou telle situation. Enfin, et on y pense parfois moins, l’exercice de la sécurité, ce sont aussi des choix et des priorités, effectués en fonction de ce qu’il est possible de réaliser pour les autorités et institutions en charge de cette mission. Dans cette optique, l’on rentre dans des considérations logistiques, humaines et matérielles : combien d’hommes sont-ils disponibles ? Avec des effectifs limités, sur quel domaine faut-il mettre l’accent au risque de désinvestir dans tel autre ? Quels sont les véhicules en état de rouler ? De quel(s) matériel(s) spécifique(s) les polices peuvent-elles disposer ?

Sous-jacents à ces questions se retrouvent pour partie (mais pas exclusivement) des enjeux budgétaires. L’exercice de la sécurité a un coût. Et en fonction des moyens disponibles, celui-ci détermine en partie ce qui peut être fait et de quelle manière, au-delà  de l’action sécuritaire globale, réalité idéale mais largement fantasmée… On peut ainsi dire que « l’argent de la sécurité » révèle à la fois les possibles, mais également les « priorités » pour une période donnée. La lecture d’un budget révèle alors les accentuations, les priorités, les craintes, les nécessités au moment de sa réalisation.

Des documents qui parlent de sous, mais pourquoi ?

Les réflexions à la base de ce nouveau chantier sont à la fois simples et multiples. Elles s’inscrivent d’abord dans un dialogue avec l’actualité. Dans la gestion de la sécurité qui est actuellement menée au sein de nos sociétés, les annonces d’ordre budgétaire se succèdent comme preuve notamment, que la « problématique terroriste » est prise à bras le corps par les autorités. Pour résumé, les éléments de langage des autorités politiques sont de dire qu’on finance plus, mieux et plus vite les besoins des services de police et de la justice. Au-delà des effets d’annonce, la réalité et la mise en œuvre effective de ces investissements doit être discutées et replacées dans une perspective chronologique plus longue. En Belgique, le dossier des « 400 millions » pour la sécurité, investissement annoncé par le gouvernement Michel après les attentats de janvier 2015 à Paris sont, à cet égard, un cas d’école pour comprendre les lectures multiples que ces chiffres permettent (voir ici ou lire ). Contemporain, le dossier n’est en rien inédit et il faut l’historiciser.

La Libre, 30 mars 2016
La Libre, 30 mars 2016

Ces réflexions s’inscrivent ensuite dans des perspectives méthodologiques multiples. La première est une question de sources. Dans le cadre de mes recherches, je veux comprendre l’évolution (et les transformations) des politiques et pratiques de sécurité dans une logique comparative pour le 20e siècle. Il s’agit donc de disposer de documentation permettant de baliser cette longue durée. Les documents doivent idéalement offrir les clés d’une périodisation de la sécurité, discutant ou nuançant celle communément admise. Il s’agit aussi de disposer de document ouvrant la voie à une logique  transnationale à l’échelle d’une Europe du Nord-Ouest (Belgique, Pays-Bas, France et Luxembourg dans mon cas). Enfin, last but not least, ma démarche heuristique s’inscrit dans une logique « innovante ». Si les archives institutionnelles ou les archives de la pratique des titulaires de fonction de police sont bien connues2 – tant les recherches se sont multipliées à cet égard depuis 30 ans – , il est légitime de réfléchir aux « autres » sources permettant d’envisager les problématiques de l’ordre et de la régulation. Quelles sont-elles et quelles perspectives nouvelles offrent-elles grâce à ce pas de côté des corpus souvent mobilisés ? Pour le cas belge également, il s’agit là d’une nécessité pour répondre à une conservation fragmentaire des archives produites par les institutions policières.

Les documents budgétaires de la sécurité remplissent largement ce cahier des charges. Puisque l’exercice de la sécurité est en large partie une mission publique, ses moyens sont discutés annuellement au sein des différents niveaux de pouvoir, selon leurs compétences spécifiques. Des communes au parlement, il est donc possible, selon l’institution ou la mission étudiée, de reconstituer des séries sur la longue durée. Surtout, et c’est là un avantage non négligeable, ces séries sont relativement normalisées, au cœur du processus du fonctionnement politique et administratif de tout État-Nation moderne. La possibilité de comparaison ou de lecture croisée des budgets est donc évidente entre villes, régions, pays ou institutions.

Enfin, dernier avantage à ne pas négliger: ces documents sont facilement accessibles, car ils s’inscrivent dans une logique de contrôle et de publicité de l’action publique. Prenons le cas des polices à caractère national, dont les moyens sont partie intégrante des budgets de l’État. Ils sont donc disponibles dans les sources du travail parlementaire. Il suffit d’un dépouillement systématique et répétitif des collections – en version papier, ou de plus en plus souvent numérisées – pour avoir à sa disposition les données brutes nécessaire au travail. Dans mon cas, il aura suffi de quelques heures de travail pour disposer des budgets de la gendarmerie belge de 1919 à sa dissolution à la fin du vingtième siècle suite à la réforme des polices, le tout sous format numérique (.pdf), grâce à un travail d’exploitation des ressources en ligne du parlement belge. Le tout depuis mon bureau. La même démarche aurait à peine pris un peu plus de temps en version papier, depuis une bibliothèque.

Enfin, l’intérêt des budgets est d’offrir en un seul document, une vision assez large des institutions et fonctions de police : on peut y retrouver des informations sur les hommes (des effectifs aux évolutions de leurs profils, en passant par leur salaire ou le soutien social et philanthropique sont ils jouissent), sur les moyens techniques et la logistique (logement, véhicules, moyens de communication, armement, matériels divers), sur les priorités et le style de policing à mettre en œuvre (intérêt pour la formation, la coopération internationale, les liens avec le monde civil, apparition de nouveaux types d’unités, spécialisation de celles-ci). Autant de clés constitutives des réalités de l’exercice de la sécurité dans une société contemporaine !

Des sources budgétaires, mais comment ?

Il est évident que l’usage de telles sources nécessite la mise en place d’une méthodologie et d’une critique adaptée. J’en relève ici certaines que j’approfondirai au fur et à mesure de l’avancement de mes recherches :

  • Pour mener à bien l’exploration, il faut à la fois connaître a minima l’institution ou la fonction sécuritaire étudiée mais surtout le fonctionnement budgétaire des institutions publiques. Le chercheur doit se familiariser avec la chronologie les étapes, le vocabulaire, les catégories de l’exercice des finances publiques, ce qui n’est pas toujours évident !
  • Il faut avoir conscience de ce qu’on observe : un budget est une prévision, théorique de qu’on veut faire dans le futur. Au final, il n’est pas toujours possible de savoir ce qui/comment l’argent a effectivement été dépensé. La mise en relation des budgets prévisionnels et de la comptabilité consolidée (les prévisions – la réalité et ses difficultés) est sans aucun doute intéressante mais augmente largement la charge de travail ! Notamment car il peut s’agir de séries documentaires distinctes !
  • Il faut ensuite réfléchir à la gestion des données récoltées. Ce sont des données numériques, nombreuses à remettre en série. Rien que pour les budgets de la gendarmerie belge entre 1920 et 1998, cela représente plusieurs milliers de page et autant de tableaux. L’usage de l’outil informatique est ici indispensable, du simple tableur à des outils beaucoup plus avancés. En première intention, ils permettent la récolte, l’encodage, la représentation et la description des données récoltées, avant des traitements et des analyses plus conséquents. Ce sont des choix à réfléchir, documenter et assumer dès le début des travaux !
  • Face à la masse des données, il faut évidemment problématiser l’objet de recherches et choisir les séries adéquates en fonction.
  • Le chercheur doit également prendre en considération les variations des unités de compte. Parler de budget, c’est parler de valeurs monétaires fluctuantes ; c’est parler inflation, déflation, changement de monnaies. Comment construire des séries significatives, ancrées dans un contexte économique et budgétaire plus large ? D’autres indicateurs macroéconomiques sont ainsi à mobiliser: budget total des dépenses publiques de l’autorité concernée, taux de croissance, produit intérieur,….
  • Les chiffres seuls ne veulent rien dire : travailler sur les budgets, en comprendre le message sous-jacent doit aussi s’appuyer sur les éléments permettant de contextualiser les tableaux budgétaires. Ceux-ci sont souvent accompagnés de rapports, d’explication, ils donnent lieu à des échanges et des débats. Ce sont là deux facettes d’une même réalité à ne pas négliger.

Le chantier s’annonce palpitant, riche et prometteur. Sources peu usitées en matière d’histoire des sécurités, méthodologies particulières à mettre en œuvre, enjeux critiques et épistémologiques sont au coeur de la démarche. Autant de points structurant un chantier de longue haleine dont je n’hésiterai pas à vous partager les résultats à venir.

  1. Avec, soulignons-le, un soutien du fonds Peemans de l’Académie Royale de Belgique, que je remercie. []
  2. Voir notamment les guides d’archives et inventaires qui se sont multipliés ces dernières années dans le domaine des polices : guides des archives de la gendarmerie et de la maréchaussée en France, relevé des sources pour l’histoire des polices aux Pays-Bas, guides sur les archives de la police judiciaire en Belgique… []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jonas Campion (5 juillet 2018). Le “capital” de la sécurité publique. SecuPolXX. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://secupolxx.hypotheses.org/151


Une réflexion sur « Le “capital” de la sécurité publique »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.