« Cinquante nuances de gris », mais aussi de bleu , de noir et de kaki…

Se contenter de « mettre plus de bleu dans les rues » comme solution miracle aux problèmes de sécurité propose, nous en avons parlé déjà ici, une vision simpliste des enjeux de l’exercice des politiques de sécurité publique. Cette formule mérite également d’être discutée selon un autre point de vue : celui des acteurs qu’elle implique. En Europe, il est un phénomène contemporain marquant. C’est la multiplication des intervenants dans le champ de la sécurité publique. On ne retrouve pas seulement « cinquante nuances de bleu » (policiers, gendarmes, policiers municipaux), mais aussi des nuances de gris, de noir et de kaki ou de mauve. Il s’agit là de références notamment et selon les pays, à des agents de sécurité privée, aux militaires mobilisés en soutien des forces de police ou à divers fonctionnaires locaux, agents communaux ou adjoints de sécurité impliqués dans les régulations que ce soit en termes de prévention ou de répression …

Uniformisation ou multiplication des acteurs de la sécurité ?

L’enjeu n’est pas uniquement esthétique : il pose une série de questions fondamentales sur le fonctionnement de l’État et des sociétés qu’il protège. S’y retrouvent en effet la question en apparence simple de savoir « qui fait la police » au sein de l’espace public. Si la question connait actuellement un regain d’intérêt de par la conjonction de la crise du sentiment d’insécurité en cours depuis le dernier quart du 20e siècle, du contexte terroriste mais aussi d’une volonté politique de réduire les champs d’intervention publique, dans un contexte de crise économique touchant les restes de l’État providence, elle n’est pas neuve pour autant. La monopolisation des fonctions policières par des institutions spécifiques, dédiés à l’exercice de la seule sécurité publique, à l’intérieur du territoire s’observe globalement à la fin de l’Ancien Régime. Auparavant, plus qu’être une institution,  la police est avant tout une fonction correspondant à ce qui touche à la bonne gestion de la cité. Cette fonction est assurée par une multitude de personnes ou de corps. S’y additionnent des logiques privées, communautaires, identitaires, économiques mais aussi une variété d’agents « publics », tels que militaires, sergents de villes, et selon les lieux, une multitude de représentants des autorités urbaines ou régionales ou compétences et pouvoirs spécifiques.

Par la multiplication des acteurs de la sécurité, la situation contemporaine peut, dans une certaine mesure, s’apparenter à un retour vers le passé. Elle est donc loin d’être une solution innovante, comme parfois présentée dans les discours officiels. Elle est également loin d’être localisée : c’est une dynamique transnationale. Elle est dans une certaine mesure caractéristique de sociétés libérales. Hier comme aujourd’hui, cette galaxie d’intervenants permet de réfléchir en profondeur sur le fonctionnement social et donne à voir de profondes transformations contemporaines mais également plus anciennes sur les logiques sociales, politiques, professionnelles et géographiques ou de la régulation.

Un constat contemporain et des questions pour l’historien

Relevons ici certains de ces enjeux, par ailleurs largement mis en évidence ces dernières années dans la bibliographique historique, sociologique ou criminologique. C’est en quelques sortes un très bref résumé des problématiques que j’ai pu les aborder dans mes recherches et publications ces derniers mois… À lire donc sans prétention à la fois comme une brève synthèse, et comme une feuille de route pour des travaux futurs !

  • Avec la répartition des tâches entre policiers, militaires, agents privés mais aussi agents administratifs communaux. c’est la question des tâches essentielles, du core business de la police qui est mise en lumière. Que doit principalement faire la police ? Au contraire, dans quelles conditions ne doit-elle plus intervenir ? Que peut-elle ou doit-elle déléguer ? A qui faut-il le faire ? Le débat est très contemporain ! Il nécessite quelques réflexions. Le risque est de voir se construire une vision unique et orientée de l’appareil policier. Cette démarche tend à faire de la police une institution devant se concentrer sur le seul crime-fighting au détriment de ses autres interventions. Dit autrement, c’est une police d’action et de répression de certaines formes de criminalité qui apparaît, au détriment de ses logiques de contacts, de présence, ou de répression d’autres formes d’atteintes aux règles de la vie en société. Perçues comme moins importantes, non prioritaires, peu glorieuses, trop chères, chronophages, trop ou pas assez spécialisées, celles-ci sont transférées à ces « nouveaux » (ou « autres ») acteurs de la sécurité. On se doit de comprendre le processus menant à cette catégorisation. Il faut ensuite en interroger la légitimité, la perception par les uns et les autres (notamment la population), ainsi que les conséquences sociales et politiques.
  • Avec l’abandon du monopole policier et de la centralisation/uniformisation policière, la question économique et de la rentabilité de la sécurité revient au cœur du débat. Si certaines missions sont dorénavant confiées à des entreprises privées, il ne faut pas perdre à l’esprit que celles-ci sont des entreprises commerciales, destinées à faire du profit par le biais de tâches sécuritaires. Sous l’Ancien Régime déjà, s’élevaient des critiques contre les logiques économiques dans l’exercice de l’ordre. Payés à la tâche, les agents avaient tendance à privilégier la partie la plus rentable de leur travail au détriment des autres. Le questionnement doit être transposé actuellement.  Comment juger de l’efficacité de la sécurité privée ? Critères budgétaires, coûts, absence d’incidents, satisfaction du donneur d’ordre ou du public ? Comment comprendre les intérêts et les logiques de ces acteurs dans leur perception d’une situation problématique ? Comment comprendre les pratiques d’un secteur économique dont l’intérêt se situe dans la perpétuation de ses marchés, et donc par le maintien d’un besoin de sécurisation ? Ces questions méritent réflexions et nécessitent l’exercice d’un contrôle étroit par le politique.
  • La multiplication des acteurs dans le champ de l’ordre et de la sécurité nécessite ensuite de repenser l’espace et ses limites : frontières entre espace privé et espace public d’une part, limites et distinctions entre danger « intérieur » et « extérieur » pour l’État d’autre part. Premièrement, l’espace public ou ouvert au public est de plus en plus souvent rendu sûr par des acteurs privés. C’est une rupture, pour des acteurs privés qui étaient jusqu’alors limités dans leur champ d’intervention à des espaces particuliers. C’est également une évolution intéressante, si on la compare au processus inverse, qui a vu au cours du 19e puis du 20e siècle, la force publique pouvoir de plus en plus intervenir dans les espaces privés (notamment dans une logique protectionnelle, au cœur des familles). Ensuite, le retour à l’avant-plan de militaires dans des missions de sécurité sur le territoire national (opération Sentinelle en France, opération Vigilant Guardian en Belgique) contribue au succès du concept de continuum de sécurité-défense, lequel met l’aspect sur les liens et les imbrications entre ces deux notions pour penser une sécurité « globale ». Cette nouvelle donne marque dans une certaine mesure une rupture avec une théorie qui s’était répandue avec la Révolution, celle d’une distinction (à la fois en termes de compétences, d’organisation mais aussi de terrains d’intervention) entre forces de sécurité intérieure et extérieure de l’État. C’est notamment l’idée mise en avant par le Comte François De Guibert, en 1790, dans son pamphlet intitulé De la Force publique considérée sous tous ses rapports. Certes, dans la pratique, cette distinction n’a pas toujours été respectée : que l’on pense au rôle des armées, au 19e siècle, dans la répression des émeutes et troubles sociaux -, mais l’idée de théoriser la distinction entre sécurité publique et sécurité extérieure est importante dans le processus d’institutionnalisation de la police  !
  • Enfin, cette nouvelle phase de multiplication des acteurs de l’ordre remet à l’avant-plan la nécessité, pour le chercheur, de considérer l’analyse des pratiques de sécurité comme inscrites au cœur d’un système, ou plutôt d’un assemblage. Je reprends ici une idée déjà ancienne, développée notamment par le sociologue de la police René Levy. Au-delà du cadre théorique de coexistence entre ces acteurs, il faut voir les interactions, les rééquilibrages, les conflits, les concurrences et complémentarités entre ces acteurs. Surtout, il faut garder à l’esprit que c’est un processus dynamique, en évolution permanente qu’il faut réussir à appréhender. Que dans la pratique, c’est souvent un bricolage local, articulé par diverses tensions. Il en découle une nécessité de refuser dans l’analyse des optiques trop restreintes, de multiplier les lieux et moyens d’observation de ces réalités !

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jonas Campion (18 mai 2018). « Cinquante nuances de gris », mais aussi de bleu , de noir et de kaki…. SecuPolXX. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://secupolxx.hypotheses.org/137


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.