“Plus de bleu dans les rues = plus de sécurité”. Les limites d’une équation réductrice

“Il faut plus de bleus dans les rues”. Le slogan, percutant est récurent dans le débat politique, médiatique et public contemporain. Il relate une volonté d’augmenter la présence policière dans les rues, comme réponse à la hausse des crimes et délits enregistrés et comme solution à la hausse du sentiment d’insécurité, vécue par la population en certains endroits. Dans cette optique, l’application du slogan reposerait sur la conjonction d’une série de mesures : augmentation des effectifs de la police (des engagements) mais surtout réorientation d’effectifs existants par l’abandon ou la fin d’exercice de certaines tâches jusqu’alors accomplies par les policiers.

La mesure pose donc le débat destiné à définir les tâches essentielles de la police : Quelles sont les priorités et la hiérarchie des champs d’intervention de la police ? Que fait-elle réellement ? Que devrait-elle faire ? Dans quels domaines et par qui peut-elle être remplacée ? Ces questions sont essentielles dans les logiques politiques fondant l’exercice de la sécurité, considérée comme politique publique et service aux citoyens. Dans le but de répondre à une (supposée) demande sociale, elles participent d’abord à proposer à la fois une définition nouvelle de la fonction de police, à redéfinir la gestion de l’espace par celle-ci, ainsi que les liens entre police et citoyen.

Dans cette logique, la seule augmentation du nombre de policiers sur le terrain serait une solution miracle pour garantir la protection des biens et personnes. L’équation est, en réalité, beaucoup plus complexe.

Ce slogan ignore en fait la diversité des tâches policières dans nos sociétés contemporaines. Il gomme également les modes de fonctionnement de l’institution et sa place au sein de l’appareil d’état d’une part, d’une société démocratique de l’autre. Pour cette punchline simpliste, le travail policier se résume et se limite à l’art de la patrouille, attendant le flagrant délit ou la sollicitation.

Le travail de la police est bien plus nuancé que cela. La police est une institution en charge de missions de police administrative, c’est-à-dire des tâches de prévention, ou de rétablissement de l’ordre public, et en charge de missions de police judiciaire, c’est-à-dire de répression du crime. Cette définition, que nous connaissons aujourd’hui, n’est apparue qu’à la fin du 18e siècle, avec la codification du droit et l’apparition de l’état moderne.

L’action de la police est par nature plurielle, dans les formes qu’elle prend et les objectifs qu’elle poursuit. Sur le terrain, et de manière visible, elle est faite de prévention, d’intervention et de répression. En amont et en aval, les policiers effectuent de manière plus discrète un important travail de collectes d’informations et à partir de celles-ci, d’enquêtes. Nombre de crimes ou délits ne nécessitent, pour être réprimés, qu’une présence limitée sur le terrain : tandis que d’autres ne peuvent être poursuivis que par des services spécialisés. Hors de la rue, et c’est une garantie de respect du droit, les policiers justifient également leur action (rapports, rédaction de procédures et de procès-verbaux, relations avec la justice, …). A partir de ces modes d’action, les champs d’intervention de la police varient. Les policiers les priorisent au gré de la transformation du droit, criminalisant comportements ou groupes sociaux, mais surtout au regard de l’évolution du seuil de tolérance face à la délinquance.

En réalité, l’action de la police dépend d’abord de son cadre juridique, garant de son caractère démocratique. Elle se construit ensuite au carrefour de la demande sociale ou citoyenne, d’impulsions hiérarchiques, politiques et judiciaires, mais également de priorités et de possibilités institutionnelles, comme les moyens et les budgets disponibles. Elle répond et est contrainte par cet équilibre parfois délicat, qui évolue dans le temps et l’espace. Aussi, augmenter le nombre de policiers dans les rues ne revient, en réalité, qu’à mettre la priorité sur une partie, certes importante mais loin d’être unique, du métier de police. Rendant la force publique visible, la mesure peut apporter une réponse à une sentiment d’insécurité, et permettre de voir s’amoindrir certaines formes de délinquance. Mais on court alors le risque de voir délaissées d’autres formes de criminalité, par manque de moyens, d’intérêts ou de priorités… La vraie question nous semble donc être celle du cœur des pratiques et fonctions de police : plus de policiers, qu’ils soient en rue ou ailleurs, mais pour faire quoi ?


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jonas Campion (8 mars 2018). “Plus de bleu dans les rues = plus de sécurité”. Les limites d’une équation réductrice. SecuPolXX. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://secupolxx.hypotheses.org/131


Une réflexion sur « “Plus de bleu dans les rues = plus de sécurité”. Les limites d’une équation réductrice »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.