Archives par mot-clé : Belgique

Niveau « 2+ » ? Menaces et présence militaire dans les rues

En Belgique, l’OCAM (Organe de coordination pour l’analyse de la menace, instance composée d’experts et indépendante du pouvoir politique) a le 22 janvier dernier, décidé d’abaisser le niveau de le menace terroriste du niveau 3 au niveau 2 (sauf pour certains points précis du territoire, encore jugés sensibles). Sur une échelle qui en compte quatre, le niveau 2 stipule que le niveau de la menace dans le pays est « moyen », la menace étant jugée « peu vraisemblable ». L’annonce n’a pas été une surprise, puisqu’elle avait été anticipée par les services du ministre de la Sécurité et de l’Intérieur quelques jours auparavant. Par contre, ce qui a pu surprendre, c’est la rapidité de la prise de décision. Continuer la lecture de Niveau « 2+ » ? Menaces et présence militaire dans les rues

Organiser, innover, agir…

L’actualité récente (2 soirées « d’émeutes » à Bruxelles en novembre 2017) remet à l’avant-plan des propositions de réformes de l’appareil policier bruxellois. Entre fusion des zones de polices, idée d’une « police régionale », proposition de réformes internes, instauration d’un état-major régional, les débats font rage – renforcés par des enjeux économiques, mais aussi communautaires (nous sommes en Belgique!).

Réformes des polices: Etat d’exception ou état de permanence?

Dans l’actualité récente, il ne s’agit là que d’un épisode supplémentaire d’une séquence où se discutent de (nécessaires, indispensables, selon les points de vue) réformes au sein de l’organisation sécuritaire du pays : les attentats de mars 2016 représente sans conteste un momentum de cette dynamique, tout comme la publication en 2015 d’un travail réflexif et prospectif mené à l’initiative de la police proposant une vision  de celle-ci à l’horizon 2025.  Enfin, l’impact de la 6e réforme de l’Etat et les compétences toujours plus importantes des régions sur des questions juridiques, combiné au rôle renouvelé des communes dans la gestion de certaines formes d’incivilités (les SAC) pose d’une manière forte la question de l’adaptation de la police…

La question de la réforme des polices est liée à des événements exceptionnels (que l’on se souvienne du contexte menant à l’accord Octopus de réformes des polices en Belgique entre 1998 et 2001), à des transformations profondes de la société. Mais elle est aussi beaucoup plus diffuse, quotidienne, limitée. De visible et revendiquée, elle est maintenant discrète, parfois cachée.

L’historien ne peut qu’interroger ses moments dans leurs complexités. Comment comprendre la transformation policière? Comment l’expliquer? Quels en sont les acteurs et les promoteurs? Est-il possible de l’évaluer? Autant de questions centrales pour comprendre les politiques de sécurité en cours dans une société donnée…

Une publication qui interroge et historicise les réformes

Si vous êtes intéressés par ces réflexions, par des études de cas entre le 18e et le 21e siècle, je ne peux que vous conseiller de lire Organiser, innover, agir. Réformer et adapter les polices en Belgique (18e-21e siècles), publié il y a quelques semaines aux PUL. J’ai en effet eu la chance et le plaisir de coordonner les réflexions d’un dizaine d’auteurs.trices (historiens, criminologues, sociologues) autour de ces questions!

 

 

 

Démocratie, situations « exceptionnelles » et militarisation de l’espace public

Depuis le début 2017, le CARHOP (Centre d’animation et de recherche en histoire ouvrière et populaire) édite la revue Dynamiques. Histoire sociale en revue. Son second numéro, qui vient de paraître, est consacré à la problématique des liens entre mouvements sociaux et espace publics, interrogeant notamment les enjeux de son occupation (il)légitime et les questions sécuritaires qui en découlent. C’est à lire ici.

Continuer la lecture de Démocratie, situations « exceptionnelles » et militarisation de l’espace public