#MENEPOLHIS Day 3 – Géographie(s) policière(s)

La « dernière » rencontre (du premier cycle… puisqu’on a décidé, finalement de prolonger la formule l’année prochaine) du réseau MENEPOLHIS, consacrée aux enjeux méthodologiques de l’histoire des polices s’est tenue à l’UGent, le 22 mai dernier. Au programme, des discussions portant sur la question de l’espace policier/des espaces à policer. Comme à mon habitude, ce billet reprendra quelques points qui m’ont marqué dans les échanges tenus ce jour-là. Aucune prétention d’exhaustivité, bien au contraire : il s’agit de revenir sur quelques points saillants faisant échos à mes recherches passées, présentes ou futures.

Espaces policiers, espaces à policer

Il va sans dire que la question de la géographie est centrale dans la logique policière. L’espace est donc une réalité à envisager et à définir pour qui s’intéresse à l’histoire de ces institutions. D’une part, le policing, ou l’action d’exercer des fonctions policières, pour reprendre un terme qui pourrait être anachronique à certaines époques (si l’on parle de la police au sens moderne et institutionnalisé du terme), s’inscrit par définition sur un territoire. Que l’on pense à la « bonne police » des villes médiévales ou modernes, ou à la maréchaussée/gendarmerie en charge, à l’origine de la police des routes. D’autre part, la gestion de l’espace est souvent au cœur des réflexions et des stratégies policières. Il faut le nommer, le définir en termes de logiques d’ordre. Il faut ensuite le connaître, l’appréhender, pour pouvoir le quadriller, le contrôler, le sécuriser. Divisé en points chauds (les hot spot, comme disent certains criminologues contemporains) ou en points sûrs, il fait l’objet d’une catégorisation policière particulière. À ce titre, l’espace public est d’ailleurs et depuis longtemps, au cœur de nombreux projets de réformes de l’organisation ou de l’action policière. Ils se revendiquent de sa meilleure gestion.

Espaces, chronologie et acteurs

Les communications de la journée MENEPOLHIS ont interrogé ce double constat de plusieurs manières. Elles ont d’abord souligné la diversité des « espaces » existants, et la granularité des échelles à mettre en œuvre pour les analyser. Elles ont également mis en évidence la nécessité de réfléchir aux recoupements entre géographie sociale, politique ou administrative (l’espace au sens classique du terme) et géographie policière (dit autrement, à la fois le découpage institutionnel et la répartition des compétences entre acteurs des systèmes sécuritaires). Aux couples classiques ville/campagne, espace public/espace privé on doit encore rajouter les espaces « particuliers » que sont notamment les forêts, les frontières, les voies de communication. Surtout, il faut varier les échelles : la ville se répartit en quartiers, ceux-ci en rue. Les rues reprennent des maisons. Comme pour le cas d’Anvers au 19e siècle, la conjonction de séries archivistiques cohérentes et de l’utilisation d’outils cartographiques numériques, permet ainsi une analyse cartographique très fine et stimulante de la géographie de l’action policière dans un milieu donné, pour une période déterminée. Le rêve pour l’historien, malgré le travail de fourmis que représente cette représentation (Vrints et De Koster). Autre exemple de cette nécessité de jouer avec les échelles de l’espace : la frontière à contrôler ne peut se lire que dans son contexte, prenant à la fois en compte la démographie, la donné naturel (ou son absence), les moyens de communications existants (Lopez, Feys).

Les communications présentées avaient un autre intérêt majeur : celui de croiser les variables géographiques et chronologiques pour proposer une analyse renouvelée du fait policier. Une nouvelle fois, je suis sorti de ma « zone de confort » de contemporanéiste, pour remonter vers les Temps modernes – et ce faisant, vers le moment où apparaît véritablement une expertise (ou obsession ?) policière de l’espace (Denys), à lier d’ailleurs, à l’apparition d’une expertise policière des chiffres. Surtout, j’ai apprécié la démonstration proposée par Dieter Bruneel, quant à la possibilité d’écrire une histoire sur le long terme (17-19e siècles) de la police d’une forêt donnée. Cet espace particulier, objet géographique restreint et naturel, se révèle un révélateur puissant des problématiques de l’étude de l’action policière, de la régulation et des relations entre institutions et populations (privé/public, acteurs, normes, pratiques, ….). Ce lien entre chronologie et espaces à policer a également été mis en avant autour de la notion de crise, comme l’était la Première Guerre mondiale (Naert). Crise étatique, politique, sécuritaire, de subsistance, le conflit a entraîné de nouvelles logiques policières dans un espace redessiné : retour vers le local, découpage du territoire en zones, rapports nouveau aux statuts variés, entre villes et campagnes, expériences comparables de part et d’autre de la frontière. Cela a induit une redéfinition des acteurs policiers et de leur autorité de tutelle, le bourgmestre/maire.

Cette dernière remarque me permet de revenir également sur la question des acteurs, individuels ou collectifs, qui interagissent au sein de ces espaces multiples. Experts, policiers, populations, groupes sociaux et professionnels, décideurs politiques sont au cœur de l’espace. Qu’ils soient mobiles ou non, de passage ou non, l’historien des polices doit évidemment les appréhender car ils participent à faire de l’espace ce qu’il est : au chercheur de comprendre leur identité, de comprendre leurs logiques, leurs pratiques en lien avec le milieu où ils vivent ou (inter)agissent. Appréhension de l’espace et histoire sociale sont deux pans indissociables.

Questions de méthodes…

On le voit, la journée a donc fourni un cadre de réflexion (et aussi le temps de la réflexion) autour de l’équation complexe de l’espace et des polices. Elle a aussi ouvert la discussion, mais sans doute un rien furtivement, sur les enjeux méthodologiques autour de ces questions : questions des sources disponibles, exploitation de celles-ci, pratiques de la géographie historique, outils, logiciels ou fonds de carte à utiliser. Sans conteste, c’est là-dessus que j’aimerais approfondir mes réflexions, mes pratiques et mes essais dans le futur car le potentiel de la chose a été démontré de différentes façons.

#Yapluka! tel est mon sentiment à l’issue de ces trois journées qui avaient l’intérêt d’être très informelles et de laisser le temps aux échanges et à la réflexion.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *