Objets sécuritaires peu identifiés : polices, histoire et statistiques

Les polices, en tant qu’institutions d’ordre, produisent et travaillent à partir de données chiffrées. Ces séries statistiques sont diverses : données relatives aux personnels, statistiques d’activité, taux d’élucidation, relevés d’arrestations, mais aussi chiffres budgétaires font partie du quotidien des polices, accompagnant les diverses facettes de leur activité et de leur logique de fonctionnement institutionnel. Actuellement, ces chiffres sont d’abord et surtout des outils de gestion, constituant des indicateurs de divers pans de l’activité policière. Par conséquent, ce sont des objets de légitimation, à la fois de l’action policière mais aussi de l’efficacité des politiques menées par les autorités publiques. Ils deviennent alors arguments idéologiques, objets de débats, de critiques, de mobilisations (souvent intempestives) car ils fondent simultanément les politiques de sécurité et les critiques contre les pratiques et les priorités dans ce domaine. Sans rentrer dans de longs développements, que l’on se souvienne simplement de la « politique du chiffre » et de ses effets pervers, mise en avant au sein de la police française, par Nicolas Sarkozy lorsqu’il était ministère de l’Intérieur. Chaque corps de police se plait également à présenter, année après année, et parfois sans nuance (forte augmentation, baisse drastique, point noir) des statistiques diverses témoignant à la fois de son activité et de l’évolution de la criminalité dans la zone où il exerce ses compétences. C’est à la fois un exercice d’autojustification, d’annonce de priorités, de communication face à la tutelle politique et aux citoyens.

Chiffres des polices et critique de l’information

L’historien – moi en premier – mobilise ou construit de telles données chiffrées autours des polices. C’est un incontournable permettant, au-delà de l’archive qualitative, d’essayer de mettre au jour le « ce que fait la police », pour reprendre l’expression de Dominique Monjardet. Au premier abord, la constitution de séries statistiques ou la mobilisation de séries existantes sont des outils qui permettent d’éclairer dans une certaine mesure les évolutions, continuités, ruptures et inflexions dans l’action policière. Mais l’historien a évidemment conscience que la situation est un rien plus compliquée. Ces chiffres, et les représentations graphiques qui en découlent doivent faire l’objet d’une réflexion critique : que disent-ils ou que taisent-ils ? Que comptent-ils ? Selon quelle(s) catégorisation(s) ? Comment ont-ils été créés ? À partir de quelles informations ? Par qui et pourquoi sont-ils utilisés ? Comment s’intègrent-ils dans la chaîne d’exercice de la sécurité, dans leur articulation notamment avec les diverses séries de statistiques judiciaires, souvent mieux connues ?

Statistiques policières de criminalité, police fédérale. Extrait, 2016

Surtout, l’historien doit se poser deux questions centrales face à ces chiffres : d’une part, comment peut-il les exploiter aujourd’hui et d’autre part, que peuvent-ils nous apprendre sur les logiques de régulation (en termes de déviance, de sa répression, d’action publique, d’intérêt et de logiques institutionnelles, de définition de la norme, de contrôle des polices par leurs autorités…) ?

#MENEPOLHIS – Jour 2

Ces questions ont été au cœur de la seconde journée du groupe MENEPOLHIS, le 27 avril dernier à l’UCL. Elles ont été abordées tout au long d’un programme articulé en 3 temps (des présentations de recherches en cours ; une conférence sur la production actuelle de statistiques par la police fédérale belge et un atelier, en groupe, sur diverses séries statistiques), laissant une large place au débat et aux échanges informels. Le programme était varié, puisque les intervenants ont envisagé la police judiciaire belge, les chiffres (et leur absence) au sein de polices d’Ancien régime, mais aussi le domaine de la sécurité privée en Belgique.

Chiffres  & police: questions de méthode

Je me propose dans ce billet de revenir sur quelques points saillants des échanges tenus. C’est une lecture personnelle et intéressée, qui nourrit mes réflexions actuelles. S’ils peuvent parfois paraître évidents en termes de méthode, ces points saillants constituent une check-list utile pour le chercheur…

Rapport de gendarmerie de la compagnie de Mons, 8 mai 1944. Extrait
  • Il faut d’aborder insister sur le caractère pluriel des séries statistiques relatives aux polices. Si les données d’activité sont les plus connues et les plus utilisées, d’autres données méritent une attention soutenue, ainsi que l’établissement de méthodes d’analyse particulière. C’est une de mes priorités futures, mais les budgets de la sécurité méritent sans conteste l’attention des historiens. Par une analyse fine, ils peuvent révéler sur la longue durée les priorités humaines, matérielles, doctrinaires, la technologisation et la construction (ou perception) de la menace par les autorités publiques.
  • Il faut ensuite insister sur le caractère hybride de ces sources quantitatives : les statistiques policières peuvent à la fois témoigner d’une activité de terrain, d’une activité d’enregistrement, d’une logique de contrôle, d’évaluation de l’action policière.
  • La catégorisation utilisée au sein de ces sources est primordiale : elle peut-être basée uniquement sur des catégories juridiques, mais aussi sur des catégories professionnelles, politiques ou sociales. La transformation des catégories à travers le temps, ainsi que leur apparition/disparition/regroupement doit bien évidemment attirer l’attention. Le constat pose le problème de la recatégorisation par l’historien pour mener à bien son analyse. Celle-ci doit être logique, cohérente, et éviter l’anachronisme.
  • Il faut encore se souvenir que la statistique policière n’a pas existé de tout temps. Son apparition découle d’une série de nécessités et de possibles, allant de l’organisation de l’institution policière comme corps répressif, au développement de capacités humaines, de qualités professionnelles en son sein et de sciences camérales dans la gestion de la chose publique. Leur développement constitue donc, à certains égards, le marqueur d’une forme de modernité policière.
  • Il convient de s’interroger sur la granularité et la pertinence des chiffres repris dans les séries produites par les contemporains. L’exemple développé par Xavier Rousseaux et François Welter, à propos de l’évolution des statistiques d’activité de la police judiciaire belge près des parquets était à cet égard un cas d’école : cette institution policière « nouvelle » balbutie dans la production des chiffres de son activité. On passe ainsi progressivement d’une statistique judiciaire à une statistique policière, laquelle évolue considérablement dans les rubriques reprises : nombre d’affaires, d’enquêtes, nombre de pv’s, nombre d’agents, nombre d’arrestation sont autant de données et de concepts qui sont mobilisés à un moment ou à un autre, témoignant de la recherche d’une statistique idéale (et posant, pour l’historien, la difficile question de la définition de ces catégories).
  • Je me répète, mais la question de la qualité des données chiffrées et celle de leur usage sont centrales. Concernant la qualité des données, Isabelle Humblet de la police fédérale a ainsi pu expliquer le processus et les enjeux de l’enregistrement des statistiques policières belges actuellement, et le rôle central qu’y joue le policier. Est-il (suffisamment) formé ? A-t-il le temps de mener à son terme ce travail « administratif » ? Face à son écran d’encodage, il est pour partie contraint par les menus et catégories existantes. Autant de facteurs à considérer, tout comme les contraintes techniques (formulaires, programmes informatiques, …) lorsqu’on se confronte à des séries statistiques. Concernant l’usage de ces chiffres, la première clé de lecture à prendre en compte concerne le caractère « interne » ou « public » des chiffres produits. Cette distinction influence d’ailleurs en partie, l’endroit ou trouver les chiffres : sont-ils publiés, rendus publics ou au contraire, se trouvent-ils au sein d’archives inédites ?
  • Les périodes de transition sont des périodes difficiles pour les chiffres. Il faut donc les analyser avec une prudence accrue quant on envisage ces moments charnières.
  • Enfin, il faut refuser de tomber dans le piège d’une seule approche quantitative ou d’une seule approche qualitative de l’histoire des polices. Ce n’est pas tout de créer des courbes. La conjonction des sources, des méthodes et surtout, la lecture qualitative des données statistiques offre la garantie d’une recherche féconde, sachant éviter les « pièges » des chiffres policiers.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *