La sécurité a-t-elle une histoire ?

Le 23 mars dernier, j’ai présenté, avec Xavier Rousseaux, un cours-conférence au Collège Belgique. Il était intitulé « Insécurité et réponses policières : la sécurité a-t-elle une histoire ? » Grâce à une approche centrée à la fois sur une histoire des enjeux des politiques de sécurité dans une zone frontalière franco-belge (mon objet actuel de recherches), sur une (rapide) histoire des mots et concepts et sur une perspective de longue durée (depuis le Moyen Age), l’exposé a été l’occasion de revenir sur quelques points à ne pas négliger lorsqu’on parle de ce sujet. Et dieu sait qu’il est (malheureusement) au cœur des discours, des politiques et de l’actualité. Sans doute le regard de l’historien, les logiques diachroniques et les principes de la critique historique manquent-ils trop souvent au débat actuel. Celui-ci, dans le contexte post-attentat, met surtout en avant le caractère « jamais vu » des enjeux contemporains de la protection des personnes et des biens. Partant d’une question quelque peu provocante (« vivons nous dans une société (in)sécurisée ? »), nous nous sommes en réalité attachés à souligner les intérêts d’une approche historienne des questions sécuritaires contemporaines

Vivons-nous dans une société (in)sécurisée? Crédit photo: mil.be

Sans revenir en détails sur l’ensemble des idées développées durant la conférence, il en est au moins deux qui méritent sans doute quelques développements : la presque impossible équation que représente et qu’a toujours représenté l’exercice de la sécurité pour les pouvoirs publics d’une part ; la question des continuités et ruptures dans les attitudes face aux risques de l’autre.

Une équation à de multiples inconnues

Car la « sécurité » – et son sens ancien le rappelle – est d’abord une perception individuelle, un sentiment. Au contraire de la « sûreté » qui, sous l’Ancien Régime, correspondait à un fait objectif. La sécurité varie donc dans le temps et l’espace, c’est une réalité construite, ancrée dans une société donnée. Mais surtout, c’est une réalité fuyante car individualisée. Par conséquent, assurer la sécurité revient en réalité à tenter de répondre, au profit de tous, à une somme de sentiments individuels : comment les autorités peuvent-elles y arriver ? Il s’agit pour elles de répondre à des demandes envahissantes et contradictoires…

La donne est d’autant plus compliquée que nous assistons, au sein des sociétés contemporaines, à une demande toujours accrue de sécurisation. « On » doit agir (le « on » correspondant ici aux divers niveaux des pouvoirs publics) car le risque n’est plus accepté dans de nombreux domaines. Principe de précaution, moindre degré de résilience, refus inédit de la fatalité et rationalisme sont autant de facteurs qui participent à cette dynamique plurielle. D’un autre côté, les autorités politiques acceptent  et amplifient la dynamique : dans une logique de sécuritisation, elles nomment de plus en plus de facteurs et/ou de figures de risque, les rendant ainsi légitimes, justifiant une action à leur égard par le biais de politiques publiques dédiées. C’est donc une double fuite en avant qui s’observe.

Nombreux sont les exemples qui en témoignent dans le domaine de la sécurité publique. Que l’on songe par exemple à la sécurité routière, et au changement d’attitude à son égard venant à la fois des pouvoirs publics et, avec certes des ambiguïtés, de la population. Ambiguïté, car ce qui s’applique aux autres ne me concerne pas. Si je l’ai sentiment que le comportement des autres est dangereux, mon sentiment est également que le mien ne l’est pas. Au final, ce qui hier était accepté comme normal sur la route représente aujourd’hui des facteurs d’insécurité sur lesquels il faut agir… par la répression, l’accompagnement, la sensibilisation, le changement des règles, mais également l’aménagement de l’espace et des infrastructures.

Temps, chronologie et rythme de la sécurité

La seconde question ayant traversé l’exposé est celle de la temporalité de la sécurité et ce faisant, celle de la périodisation de l’histoire des sécurités au regard d’une histoire sociopolitique plus traditionnelle.

Construction sociale, le risque est un phénomène qui a une vie propre : il apparaît – de manière diffuse, ou parfois de manière brusque, puis croît, s’étend parfois disparaît. Également, il peut être réactivé dans le temps et l’espace, reprenant des caractéristiques similaires et exprimant des craintes identiques que dans le passé. Que l’on pense notamment à la permanence du risque représenté par la figure de l’étranger ou des populations mobiles, hier ou aujourd’hui… Dans une autre domaine, l’analyse des figures du risque à la frontière franco-belge d’une part, et les volontés de réponse policière à leur égard d’autre part – basée sur la nécessité d’une coopération « se jouant » de la frontière, comme le font les criminels – est un autre exemple de cette chronologie spécifique de l’(in)sécurité. Entre 1907, année d’un premier projet d’accord avorté entre mes 2 polices, finement analysé par Laurent Lopez, et la signature des accords de Tournai 1 et 2, réglementant actuellement la question, la continuité est de mise à la fois dans le constat des difficultés, les pistes de solution et les limites de la réalité policière. Surtout, la question de l’évolution de la sécurité doit être liée aux rythmes sociaux, politiques, économiques ou démographiques de la région ou de l’espace où elle s’inscrit. La présence ou non de routes, de voies de communications, d’industries, mais aussi les crises économiques, frumentaires, sociales sont autant de facteurs dont la temporalité influence la construction de la sécurité. C’est une influence qui s’observe à deux niveaux : d’abord, au niveau pratique, pourrait-on dire, par la définition des moyens et ressources disponibles pour exercer l’ordre (effectifs, moyens, budgets,…). Ensuite, au niveau macro, par la définition de lieux et de figures d’insécurité spécifique.

C’est un phénomène qui peut s’observer sur le temps court, le temps moyen et la longue durée. À l’aide d’une grille d’analyse assez généraliste, nous nous sommes ainsi attachés à décrire, depuis le 14e siècle, la construction des logiques de sécurité en soulignant pour chaque sous période (État traditionnel ; État moderne ; État social et État néolibéral), les développements de la sécurité, les epaces-temps de l’insécurité, les figures de l’insécurité et enfin, les modes de réponse à celle-ci. Il en ressort que, s’il y a des ruptures (in)sécuritaires, celles-ci doivent être nuancées et envisagées finement. Cette relecture constitue un exercice particulièrement intéressant, pour comprendre et lier les logiques sociales, politiques et économiques face aux réalités sécuritaires…

Au final, c’est à une prise de recul à mon sens indispensable sur un sujet omniprésent que nous avons finalement invité le public. Notamment, il s’agit également de réfléchir dans cette perspective diachronique à ce qui n’est plus considéré comme insécurisant.

Now back to the archives…

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *