Histoire, sécurité et territoires – réflexions à partir d’un exposé sur le « cyber »

Le séminaire « études sur la guerre et la sécurité » du Master du même nom (U. Lille 3 – SHS) est consacré cette année au continuum sécurité-défense. Son programme s’articule autour de points de vue universitaire et professionnel (police, gendarme, armée, …) sur ces questions. Sans conteste, son originalité, sa richesse et la garantie d’échanges assez denses !

Il recevait, le 15 février dernier, le général Watin-Augouard, pour une séance consacrée aux enjeux de la cybersécurité, de la cybercriminalité et de la cyberdéfense. La séance a été à la hauteur de l’expérience de l’intervenant : dense, vivant, varié, clair & extrêmement stimulant ! On peut ne pas être d’accord sur tout, mais on ne peut que réagir à l’exposé.

Un point m’a particulièrement marqué : les enjeux territoriaux du fonctionnement et de la sécurité du cyber, ou comment le virtuel est également une question de territoires. Il me paraît intéressant d’y revenir, en tant que cette question rencontre les enjeux de mes recherches actuelles, qui portent sur l’histoire des politiques de sécurité, plus particulièrement autour de la frontière franco-belge (Hainaut/Hauts-de-France) au long du 20e siècle.

Ce post propose un retour rapide sur quelques réflexions croisées entre « mes » territoires frontaliers et les territoires du cyber. Il revient par ce biais sur quelques perspectives de recherches pour l’historien, quant à l’étude d’objets territorialisés ou non…

La sécurité, objet territorial par excellence ?

En étudiant les politiques de sécurité publique, je m’intéresse bien entendu aux enjeux territoriaux de celle-ci . Elle consiste d’abord et avant tout à assurer la protection des personnes et des biens dans un lieu donné. Or, la frontière est un territoire particulier. Son caractère spécifique est particulièrement intéressant. Plus précisément, la frontière est à la fois aux marges (géographiques) et centrale (par les enjeux de souveraineté qu’elle incarne). La présence d’une frontière interétatique au sein d’une région lui donne de facto un statut particulier. En effet, la région frontalière constitue une zone de contacts culturels, commerciaux, sociaux et économiques, une zone de passage et de mobilité… De par les symboles qu’elle porte, la frontière constitue une barrière face à une menace qu’il faut pouvoir contrôler pour empêcher que le danger « extérieur » ne devienne « intérieur ». Par conséquent, la région frontière donne un visage particulier au risque et incarne, à sa façon, le continuum sécurité/défense.

Pourtant, l’ambivalence est parfois de mise par rapport à la perception des risques rencontrés dans les zones frontalières. Selon les points de vue, la frontière redessine les seuils de tolérance à leur égard : entre états d’abord, entre autorités et populations ensuite. Ainsi, le fossé peut être important entre visions frontalière et centralisatrices du risque.

La frontière franco-belge est, à cet égard, encore plus particulière. Car la frontière est surtout une construction diplomatique. Le territoire est partagé, continu : il n’existe aucun obstacle naturel d’importance le long des 350 kilomètres de frontière entre la France et la Belgique. La frontière se définit comme une construction politique, qui suit les limites de la conquête française sur les Pays-Bas espagnols à la fin du 17e siècle. Elle sépare de fait une région où la communauté culturelle, sociale, linguistique ou économique ne fait que peu de doutes. Le passage d’un pays à l’autre est par conséquent un processus évident, fréquent et ancien. Le phénomène est encore plus évident entre le Hainaut et le département du Nord, zone notamment caractérisée par une importante urbanisation contigüe (notamment autour de Lille et Mouscron). Entre villes et campagnes, le points de passages se comptent par dizaines et aujourd’hui encore les acteurs de la sécurité reconnaissent sa « porosité » et l’impossibilité matérielle de la contrôler ou de la fermer.

Le cyber, objet déterritorialisé ?

En contraste, on pourrait croire la question de la cybersécurité/criminalité/défense beaucoup moins ancrée territorialement. Certes, elle touche à des individus, des institutions, aux intérêts économiques ou politiques d’un État. Mais puisque virtuelle, a-t-elle une relation aussi forte au territoire ? L’intérêt (un des intérêts) de la présentation du général Watin-Augouard a été de revenir sur cette question, pour mettre à mal (et je le cite) « l’aspect vaporeux » du cyber.

L’orateur a rappelé la diversité des territoires du numérique. De ce fait, il souligne l’imbrication des niveaux d’échelles, entre le mondial et le local, qu’il faut y discerner. Il a ainsi mis à l’avant plan les équilibres spécifiques et les tensions qui s’y observent : les territoires stratégiques (fournissant notamment les terres rares nécessaires à la fabrication des appareils) ; les territoires de l’innovation ensuite, mais aussi les territoires exclus du numérique ou les territoires « poubelles » (comprendre servant de décharges pour les appareils en fin de vie). A cette première clé de lecture, il faut ensuite rajouter la géographie et les territoires des réseaux (câbles sous-marins, serveurs racines, …). Donc, le cyber est bien – est également – une réalité physique, avec ses frontières. Si elles ne correspondent pas nécessairement aux frontières étatiques, elles n’en sont pas moins à la fois structurantes et clivantes, notamment en matière de sécurité.   Ce sont frontières où s’impose la nécessité d’envisager leur sécurisation au regard du continuum sécurité-défense. La sécurité du cyber s’envisage donc selon ces différents territoires, dans une logique qui repense les dualités traditionnelles de la prévention/répression ; de la défense/l’offensive ; de l’intérieur/de l’extérieur. Tout comme la frontière géographique, elle nécessite surtout une clarification du rôles des acteurs tant étatiques (police, justice, armée, services de renseignement, douanes) que privés (entreprises, …) qui y interviennent.

Police, territoires, réseaux & communications : perspectives pour une nouvelle histoire de la sécurité

La rencontre des réflexions sur la sécurité des frontières mais aussi sur la cybersécurité et ses frontières est un appel au développement évident d’un champ de recherches au potentiel certain. La clé d’analyse des logiques territoriales et sans aucun doute pertinente pour comprendre, via le processus de sécurisation, la construction à la fois de l’État et du social. Surtout, cette clé de lecture et les transformations qu’on y discerne sont des invitations à développer de nouvelles recherches. Sur la longue durée, comment envisager cette histoire de la police et de la sécurité des communications, des échanges, des réseaux et des logiques territoriales afférentes ? Avec quelles sources ? Selon quelles perspectives et à quel niveau d’analyse ? La perspective peut également doit être inversée. L’historien doit, sur la longue durée, envisager l’usage et l’appropriation de ces outils par les institutions sécuritaires. Il s’agit là d’une question centrale, permettant d’éclairer leur place dans l’appareil étatique, leurs logiques de communication, leur volonté de « modernisation ».

Surtout, il faut voir comment cette nouvelle donne, qui invite par exemple à repenser le rapport du policier à l’espace, au territoire et à ses populations, agit comme un transformateur de ses pratiques et de ses logiques de fonctionnement. Ces nouveaux outils redéfinissent ainsi le savoir, la compétence professionnelle, les catégories de l’action policière, la rapidité des communications, mais aussi le contrôle sur le policer par ses autorités hiérarchiques ou sa tutelle. Comme l’a démontré notamment l’historien Chris Williams pour la police anglaise, dans une étude s’arrêtant en 1975 (début de la révolution informatique), ces outils technologiques débouchent sur une situation paradoxale. Au cours du second 20e siècle, alors que les personnels policiers sont mieux formés, normalement plus à même de gérer les situations problématiques de manière indépendante, la nouvelle donne issue de moyens de contrôle et de communication « innovants » – inscrite dans le direct et l’immédiateté – tend à gommer l’autonomie des agents au profit d’une logique centralisatrice et uniformisant  l’action policière…

Autant d’observations qui méritent des analyses plus poussées, pour d’autres systèmes policiers, (lorsque j’aurai le temps) et un dialogue entre disciplines des SHS mais aussi de l’informatique ou des (télé)communications…

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *