Un regard sur l’oeil de la police

Retour rapide (et subjectif), à chaud sur quelques éléments clés des échanges tenus ce 26 janvier 2017, à l’Irhis lors de la journée d’études sur « L’œil de la police » organisée par C. Denys et G. Bartholeyns.

Louis Strauven, Coursp ratique à l'usage des policiers de tous grades appelés à appliquer le portrait parlé, Liège, 1922
Louis Strauven, Cours pratique à l’usage des policiers de tous grades appelés à appliquer le portrait parlé, Liège, 1922

Le panel réunissait historien (médiéviste, moderniste et contemporanéiste), sociologue, mais aussi informaticien. Cette diversité a ouvert le dialogue : elle a permis de croiser les chronologies et les perspectives épistémologiques sur les problématiques de l’identification des personnes, de l’utilisation effective et possible des technologies existantes hier et aujourd’hui (notamment face à des enjeux sécuritaires), et sur les problématiques du contrôle des policiers par l’image.

Un regard belge

J’ai rapidement présenté la situation belge entre la fin du 19e siècle et l’entre-deux-guerres J’ai d’une part insisté sur les logiques individuelles et collectives du contrôle et de l’identification des personnes et de groupes sociaux. Je suis d’autre part revenu sur les difficultés de l’institutionnalisation de l’identification policière et judiciaire des personnes, dans un contexte (l’après Première-Guerre) marqué par des réformes policières et judiciaires : coexistence de méthodes et d’outils (empreintes digitales, bertillonnage, portrait parlé), impossibilités diverses de choisir entre eux, moyens matériels et humains limités, fossé entre une minorité agissante (de « experts ») et la majorité des agents de l’ordre, persistance de la mise en avant du « flair » et de « l’intuition » face à ces nouvelles méthodes scientifiques, difficile professionnalisation des polices (aaah, le « ce que sait » et le « ce que sait faire » la police). Sans aucun doute, un travail à envisager plus en avant dans le futur, notamment pour le second vingtième siècle, lorsque la gendarmerie prend à bras le corps ses missions de police judiciaire et la formation de ses membres.

L’occasion de faire un bilan sur l’état de la recherche, de rassembler des éléments épars mais aussi de me rendre compte de la richesse toujours plus grande de la collection « police scientifique » de Criminocorpus, également pour la Belgique !

Et des enjeux transversaux 

Premier rappel utile: si à la fin du 19e siècle, les enjeux de l’identification des personnes par les polices prennent un essor nouveau, avec le développement des sciences du crime, la problématique n’est pas neuve. Les regards médiévaux et modernes l’ont très justement rappelé.

Second point : la question de l’usage des méthodes et outils d’identification a traversé la journée. Que ce soit par rapport aux algorithmes de reconnaissance faciale actuellement développé, ou par rapport aux fichiers dactyloscopiques, aux albums de criminels des 19e et 20e siècles D’une part, que permettent ces outils à quoi doivent-ils, peuvent-ils servir ? D’autre part, sont-ils réellement utilisés, dans quel(s) but(s) et à quelles fréquences ? Les réflexions de Diego Galeano sur l’usage des registres de voleurs dans les capitales en Amérique du Sud sont à cet égard stimulante : il ne s’agirait pas tant d’un outil de travail (servant à réellement identifier les voleurs) que d’un outil de promotion et de communication… Il est également intéressant de s’interroger sur la manière d’interroger les outils d’identification. Elle a longtemps été marquée par la présence d’une minorité de fonctionnaires sachant les utiliser et se retrouver dans les ressources. Au contraire, aujourd’hui, la tendance est inverse: chaque policier doit savoir interroger les bases de données, depuis son ordinateur…

Troisième point : la persistance de vieux débats. Au-delà de l’identification morphologique, les questions d’identité par le vêtement (et le risque qu’un criminel l’outrepasse), les tensions entre expertise et savoir-faire, le retour actuel (chez certains) de théorie lombrosienne…

Quatrième point: les enjeux transnationaux de la problématique. Elle est marquée par la circulation internationale des gens, des criminels, des idées, des outils. Elle est également marquée par les nécessités d’exister à l’échelle internationale, et de savoir faire communiquer/correspondre entre-eux les outils nationaux.

Enfin, l’impact de images et de la surveillance sur le travail policier. Le fait est certain, que ce soit lorsque les policiers surveillent ou lorsqu’ils sont surveillés. A prendre en compte, notamment face aux statuts différents des images qui sont de plus en plus souvent produites… Enjeux critiques multiples pour l’historien, assurément, mais pour le citoyen également.

En résumé, une journée riche, stimulante & qui devra être prolongée tant la problématique est riche (notamment face à la matérialité des sources  de la nécessité policière d’identifier les personnes)…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *